« Les religions à l’unisson », concert exceptionnel de l’Orchestre philharmonique du Maroc à Paris

L’Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM) s’est produit, vendredi soir lors d’un concert exceptionnel placé sous le thème « Les Religions à l’Unisson », dans la symbolique Eglise Saint-Germain des Prés à Paris, en partenariat avec la Région Ile de France et l’Ambassade du Maroc en France.

Dans une salle archicomble, l’OPM a donné un récital magistral d’entente et de compréhension entre les cultures, les peuples et les religions en associant trois grandes artistes issues des trois religions monothéistes : Caroline Casadesus, soprano, qui a interprété des airs du grand répertoire, Dina Bensaïd et Eloïse Bella Kohn, l’une de confession musulmane et l’autre de confession juive, formant le « Yadaïn » (les deux mains), dans le détonnant Concerto pour deux pianos de Poulenc.

En tant que solistes accompagnés par L’Orchestre Philharmonique du Maroc, Caroline Casadesus, Dina Bensaïd, Eloïse Bella Kohn , Françoise Atlan et Smahi El Harati ont monté sur scène, la main dans la main, pour déclamer les valeurs universelles communes des trois religions monothéistes que sont , entre autres, la paix, la tolérance et l’humanité.

Pour son 20-ème anniversaire L’Orchestre Philharmonique du Maroc a lancé un nouveau cycle de concerts dont la connotation dépasse le volet purement artistique, les Religions à l’Unisson.

Annoncé à l’Institut du monde arabe (IMA) en septembre dernier, puis produit en avant première à Casablanca, Rabat et Marrakech, ce concert devrait d’être présenté au-delà des frontières marocaines, selon le président fondateur de l’OPM Farid Bensaïd.

Ces concerts, sous le thème des Religions à l’Unisson, permettent de dissiper la vague de méfiance vis-à-vis de l’Islam et de diffuser les valeurs d’écoute, de respect et de tolérance, a-t-il souligné.

Créée en 1996, L’Orchestre Philharmonique du Maroc est, cette année, à l’initiative d’un projet porteur d’une symbolique forte : le dialogue entre les cultures et les religions.

A l’initiative de Farid Bensaïd, son président fondateur, l’Orchestre Philharmonique du Maroc est composé de 84 musiciens professionnels. A chaque saison, il donne une quarantaine de concerts, offrant ainsi à son public une grande variété de programmes sur trois siècles de musique.

Tout au long de ces 20 ans, l’OPM a pu bénéficier d’un contact privilégié avec ses artistes et chefs d’orchestre invités. Parmi eux, Emmanuelle Bertrand, Jean-Claude Casadesus, Marc Coppey, Abdel Rahman El Bacha, Laurent Korcia, Paul Meyer, Laurent Petitgirard, ou encore Xavier Phillips, qui du bout de leurs doigts, archets ou baguettes, ont participé à la création d’une véritable identité musicale de l’Orchestre Philharmonique du Maroc.

Le concert « Les Religions à l’Unisson » de Paris, s’est déroulé en présence d’invités de marque, notamment l’ancien ministre français des Affaires étrangères Hubert Vedrine, la présidente de la région d’Ile-de-France Valérie Pécresse, l’ambassadeur du Maroc en France Chakib Benmoussa et de plusieurs diplomates accédités à Paris.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.