Le président de la commission des relations extérieures au Parlement péruvien salue la position du Maroc sur la situation au Venezuela

Lima – Le président de la commission des relations extérieures au Parlement péruvien, Juan Carlos del Aguila Cardenas, a salué la position exprimée par l’Ambassadeur, Représentant Permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations Unies, Omar Hilale, sur la situation au Venezuela, lors de la discussion, mardi au siège de l’ONU, sur le financement des Objectifs de Développement durable (ODD).

Intervenant lors d’une session plénière du Parlement, M. Del Aguila a salué la position du Maroc, une voix pionnière au sein de l’Union Africaine, qui a condamné le régime du président Nicolas Maduro.

Les Péruviens interpellent la communauté internationale sur la nécessité d’aider le peuple vénézuélien et le Parlement vénézuélien afin de recouvrir ses droits et libertés dans ce pays sud-américain, a-t-il dit.

Dans une déclaration à la chaîne TV parlementaire péruvienne, il a relevé que le Maroc est le premier pays africain à condamner vigoureusement les évènements survenus au Venezuela.

De son côté, l’expert péruvien en relations internationales Miguel Angel Rodriguez Mackay a indiqué, dans une déclaration à la chaîne « RPP TV », que l’Afrique n’est pas aux côtés du régime vénézuélien, comme le prétend Caracas, en mettant en avant la position du Maroc, pays africain pionnier qui a condamné les atteintes aux droits de l’Homme commises par le régime en place au Venezuela.

Le Parlement péruvien avait salué, dans une motion adoptée jeudi, la position exprimée par le représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU concernant la situation au Venezuela.

Les parlementaires péruviens ont également souligné que le Royaume est le premier pays africain et musulman à avoir exprimé une position dénonçant la situation au Venezuela, ce qui confirme le leadership du Maroc ainsi que son attachement à la défense des droits de l’Homme, et reflète le grand intérêt qu’il accorde aux problèmes de l’Amérique du Sud.

BI.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.