Maroc: prison ferme contre le « chauffard à la Ferrari »

Rabat – La justice marocaine a condamné à deux ans de prison ferme et une amende de 2.000 euros un fils de notables qui avait fait scandale au volant de sa Ferrari, ivre et ridiculisant des policiers à Rabat, a rapporté l’agence de presse MAP.

L’homme, âgé d’une vingtaine d’années, avait lui-même filmé et diffusé à la mi-avril sur les réseaux sociaux une courte vidéo narrant sa soirée mouvementée et bien arrosée.

Le montrant ivre au volant de sa Ferrari, ridiculisant des policiers à Rabat après avoir provoqué un accident, la vidéo avait été largement relayée et commentée dans la presse locale, suscitant une salve de réactions indignées.

La police marocaine avait annoncé l’ouverture d’une enquête, l’arrestation du jeune chauffard et la mise en garde à vue de deux policiers présents sur le site de l’accident.

Il était poursuivi pour « conduite en état d’ivresse » et « défaut d’assurance automobile », a indiqué la MAP.

Sa défense a fait appel, alors que deux de ses complices et des policiers passeront jeudi devant le juge pour « faux en écriture authentique » et « modification des preuves d’un accident de circulation », a indiqué mercredi le quotidien Akhbar Al Yaoum.

Selon la presse locale, le jeune homme est issu d’une famille influente et est le neveu d’un richissime homme d’affaires de la ville de Laâyoune, au Sahara occidental. Il serait également de la famille d’un ministre, toujours d’après la presse.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

1 commentaire

  1. mohammed hlal dit

    C’est une parodie de justice. Cet enfant devrait rejoindre son université et n’a rien à voir avec la prison. le jugement est démesuré par rapport à l’infraction. Les responsables de la justice voudraient, peut-être, redorer leur blason en envoyant un faux message d’équité aux citoyens. la ficelle est épaisse et ne passera pas. Les juges devraient s’occuper des malfrats de tout acabit et qui empoisonnent la vie de tous les marocains, en particulier les voleurs des deniers publics qui ont dilapidé l’argent des caisses de retraite et celui de certaines banques. L’affaire de l’Ufpéiste Aliwa est toujours en mémoire. Reconnu coupable il est en liberté comme beaucoup d’autres malfrats et mène la belle vie avec l’argent des contribuables.

Les commentaires sont fermés.