Maroc : Les étudiants boursiers burkinabè observent un sit-in à l’Ambassade

Le collectif d’étudiants boursiers burkinabè au Maroc observe un sit-in continu depuis ce jeudi 05 janvier 2017 vers 11h à l’Ambassade du Burkina à Rabat Agdal. Les étudiants revendiquent « le virement effectif de la dernière bourse de l’année 2016 (Octobre, Novembre, Décembre) + les trousseaux, le virement de la première bourse de l’année 2017 (Janvier, Février, Mars) et que plus aucun retard encore dans les virements des bourses ni maintenant ni les années à venir ».

« Réussir au baccalauréat avec des mentions a été la plus grande fierté de nos familles et de notre Etat qui a jugé bon et utile de former ses filles et fils les plus excellents dans ce pays ami qu’est le Maroc. Il est très bien, voire louable d’accorder une bourse à un élève, mais le suivre et savoir ce qu’il devient est le plus important », estime le collectif.

Les étudiants disent n’avoir plus aucune nouvelle du complément de bourse que l’Etat burkinabè était censé leur verser trimestriellement à raison de 48.000 FCFA le mois. Le Président du Faso, Roch Kaboré, lors de la Tweet-Conférence, avait indiqué que le complément de bourse avait été viré.

« Nous ne savons pas sur quelles bases les collaborateurs de son Excellence lui ont donné cette information, mais nous tenons à informer l’opinion nationale que la première tranche de notre complément de bourse de l’année académique 2016-2017, censée nous parvenir début octobre 2016 et dont l’utilité première est la couverture de nos frais de rentrée universitaire n’est toujours pas à notre disposition », peut-on lire dans un communiqué du collectif parvenu à Burkina24.

Ils ont fait savoir que la dernière bourse reçue est celle de juillet 2016 avec également un retard d’environ 3 mois.

Cumuler emplois et études, selon le collectif, est une mission quasi impossible pour les Subsahariens qu’ils sont, compte tenu non seulement de la législation marocaine en matière d’embauche des étrangers mais aussi du rythme des études dans les écoles marocaines.

« Ce sit-in apparait pour nous comme l’ultime moyen d’expression à travers lequel nous espérons attirer l’attention des premières autorités dont nous relevons. Si jamais nous n’avions autant éprouvé les sentiments d’oubliés et de délaissés, nous nous accrochons aujourd’hui à l’espoir d’être entendus », indiquent les étudiants dans le communiqué.

Le Collectif d’étudiants boursiers dit poursuivre la lutte « jusqu’au virement de leurs deux compléments de bourse en retard, respectivement ceux d’octobre 2016 et de janvier 2017« . Ce 5 janvier, ils ont été reçus par l’ambassadeur à qui ils ont remis leur plateforme.

Les étudiants affirment que faute d’argent, certains auraient été mis à la porte par leur bailleur. L’ambassadeur aurait promis de transmettre leurs doléances. En attendant, venus avec leurs bagages, les étudiants promettent de passer la nuit devant l’ambassade si une réponse n’a pas été apportée à leurs doléances.

Noufou KINDO

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.