lemag

Les réseaux sociaux, une véritable menace pour la santé mentale

Rédigé le 27/12/2018
MAP - Soukaina OUMERZOUG


Rabat - Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter... , envahissent depuis des années la vie de la majorité des citoyens. Ces réseaux sociaux, aussi indispensables soient-ils, n'ont pas que des avantages, leur utilisation excessive et abusive peut même nuire à la santé mentale des usagers.

Scientifiques, experts, études et rapports académiques n'hésitent plus pour affirmer ce constat désolant, bien que ces réseaux cachent derrière eux de gros intérêts économiques.

Un usage à haute dose des réseaux sociaux, qui nous donnent accès à une communauté virtuelle dans les quatre coins de la planète, peut inciter à présenter une image de soi parfaite et contrôlée, ce qui favorise pour certains une comparaison malsaine à des vies idéalisées véhiculées par d’autres usagers de telles plateformes.

Cette perfection tant désirée peut mener à des problèmes d’image corporelle, empiéter sur la santé psychologique, avoir des répercussions sur les habitudes de vie, dont le sommeil et être une source de dépression, de tristesse, d’isolement voire de la rancœur comme le soulignent plusieurs études.

C’est le cas notamment d’une étude britannique menée par une équipe de chercheurs de Royal Society for Public Health (RSPH) auprès des jeunes âgés entre 14 et 24 ans, qui a révélé que certains réseaux sociaux ont un impact particulièrement négatif sur la santé mentale de ses utilisateurs. Ils pourraient être responsables de la détérioration de l'équilibre et du bien-être mental des jeunes utilisateurs, avec un effet particulièrement nocif pour Instagram. Avec à la clé, dépression, solitude, mauvaise image de soi, ou encore manque de sommeil.

L’étude souligne également que les réseaux sociaux accentuent le cyber-harcèlement et la "FOMO", "fear of missing out", ou bien "la peur de manquer quelque chose", c’est-à-dire l’anxiété sociale qui pousse à rester toujours connecté pour ne rien rater et être à l’affût des dernières tendances.

En étant constamment exposés à des images glamour de stars de cinéma, ou de leurs influenceurs favoris, ou à des sorties flamboyantes, les jeunes utilisateurs des médias sociaux, qui peuvent déjà souffrir d'une faible estime de soi, risquent en plus de se comparer à une réalité faussée et d’en subir les contrecoups. Cela pourrait porter atteinte à leur confiance en soi et à l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, selon la Psychologue et présidente de l'Ordre des psychologues du Québec, Dre Christine Grou.

Les scientifiques marocains ne dérogent pas de la règle pour taxer les réseaux sociaux de "drogues", qui affectent les usagers qui en abusent, appelant à une utilisation rationnelle et modérée de ces réseaux.

"Les réseaux sociaux sont considérés comme étant une forme d’addiction comportementale quand il s’agit d’une utilisation à long terme addictive", a indiqué, dans une déclaration à la MAP, le psychiatre Khalid Ouqezza. L’utilisation des réseaux sociaux doit être modérée et avec précaution, dans le cas échéant, un usage abusif, qui dépasse les 3 à 4h par jour, peut créer des dépendances comportementales, a-t-il fait savoir, relevant qu’une addiction comportementale "est plus néfaste qu’une addiction aux drogues et aux substances", ce qui nécessite un traitement plus exigeant.

Sur le plan neurobiologique, "on a un système au niveau du cerveau qui s’appelle le système dopaminergique ou système de récompense. C’est un circuit neurobiologique responsable de tout ce qui est addiction, réseaux sociaux, images et plaisir", a précisé Dr.Ouqezza.

Concernant l’impact des réseaux sociaux sur le côté neurobiologique, "ça stimule le système dopaminergique au niveau du cerveau, et quand ça se répète, ce circuit créera une dépendance aux réseaux sociaux", a-t-il ajouté.

Concernant les recommandations pour prévenir les effets des réseaux sociaux, le psychiatre propose de limiter les heures de connexion aux réseaux sociaux, utiliser ces derniers avec modération et de contrôler constamment les jeunes qui, selon lui, sont les plus touchés par ce fléau. "Les jeunes sont les plus impactés, vu que leur cerveau est fragile", a-t-il renchéri.

Il faut dire que les réseaux sociaux jouent un rôle important dans la vie quotidienne, mais une utilisation non responsable constitue une atteinte au bien-être et à la santé mentale de leurs utilisateurs. Les jeunes, étant les plus grands utilisateurs de ces outils de communication sont donc susceptibles d’être les plus exposés aux bienfaits, mais aussi, aux dangers de ces plateformes.