lemag

Sahara marocain: Le Royaume pleinement engagé pour l'aboutissement du processus onusien dans l'esprit de réalisme et de compromis

Rédigé le 18/12/2018
MAP - Taoufik El Bouchtaoui


Genève - En participant à la table ronde au sujet du différend régional sur le Sahara marocain, tenue à Genève les 5 et 6 décembre, le Maroc a réitéré sa volonté sincère et son plein engagement à poursuivre sa coopération avec l’Envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, M. Horst Kohler, en vue d'aboutir à une solution définitive dans l’esprit de réalisme et de compromis prôné par la communauté internationale.

Fort de la justesse de sa première cause nationale, de l’unanimité nationale autour de la marocanité du Sahara et de la prééminence de l’initiative d’autonomie reconnue par la communauté internationale et le Conseil de sécurité comme étant «sérieuse et crédible», le Maroc s’est rendu à Genève avec le seul objectif d’aller de l’avant dans le processus de règlement à travers des discussions de fond en vue d’avancer vers une solution viable et pragmatique après l'échec et l'enterrement de tous les plans antérieurs.

Tout en réitérant son attachement au processus politique et son soutien à l’Envoyé personnel, quant à l’organisation d’une seconde table ronde, lors du premier trimestre 2019, le Maroc a considéré toutefois que l’atmosphère positive et sereine qui a prévalu lors de cette réunion n’est pas suffisante pour la relance du processus onusien sur des bases saines en vue d’aboutir à une solution politique, pragmatique, réaliste et durable à ce conflit qui a trop duré. 

Le Maroc espère dans ce sens que la 2ème table ronde connaîtra l’engagement sincère de toutes les parties pour une discussion profonde sur la solution politique, mais il n'est pas prêt à s’inscrire dans des discussions stériles qui ne seront qu'une perte de temps pour la communauté internationale.

Fort d’une délégation qui comprenait en son sein les représentants légitimes élus de la population du Sahara marocain, le Maroc a exprimé à Genève sa disposition à travailler pour la préparation et la réussite des prochaines échéances "avec la même sérénité, le même esprit positif et le même référentiel clair", comme l’a souligné Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans une déclaration à la presse à l’issue de la table ronde.

Il a affirmé que “le Maroc s’attend à ce que la prochaine rencontre capitalise sur cette atmosphère constructive pour aller vers l’expression d’une volonté politique réelle de la part des autres parties en vue d’une solution».

Le Maroc, a expliqué M. Bourita, a participé à cette table ronde avec “une volonté sincère de relancer l’intégration régionale, de travailler avec tous les pays pour que le Maghreb puisse enfin être un acteur de paix, de stabilité et de développement pour son environnement immédiat et pour les cinq peuples du Maghreb».

Le ministre n’a pas manqué d’insister sur le référentiel onusien qui a guidé et encadré les discussions de Genève, à savoir la dernière résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies et qui devra être le même pour les prochaines échéances.

Cette table ronde est en effet différente des précédentes rencontres à plusieurs titres : D’abord par son tour de table et «son format à quatre » puisque, pour la première fois, toutes les parties prenantes ont été présentes et ont participé activement à la discussion. Deuxièmement par son référentiel puisqu’elle intervient après la résolution 2440, qui, dans son paragraphe 2 assigne à cette table ronde un objectif précis qui est de parvenir à une solution pragmatique, réaliste et fondée sur le compromis.

A cela s’ajoute également la participation distinguée des élus des provinces du sud au sein de la délégation marocaine, une première par rapport aux précédentes rencontres sous les auspices de l’ONU, consacrant ainsi leur statut de porte-voix légitimes de la population sahraouie qui gère aujourd’hui ses affaires en toute démocratie dans le cadre de la régionalisation. Sidi Hamdi Ould Errachid, président de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, Ynja Khattat, président de la région de Dakhla Oued Edahab et Mme Fatima Adli, militante associative de la ville de Smara, et première élue sahraouie depuis 1992, ont été les meilleurs témoins, face à leurs interlocuteurs, de cette dynamique vertueuse que connaissent les provinces du sud du Royaume, portée par la vision clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI pour un Maroc qui fait sa mue avec sérénité, détermination et confiance, parfaitement intégré dans son espace africain naturel et qui aspire à bâtir, sur des bases solides, un ensemble régional qui garantit prospérité et sécurité aux peuples des cinq pays du Maghreb.

La participation de la délégation marocaine à la table ronde de Genève intervenait suite à l'invitation de l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU adressée le 28 septembre et le 23 novembre derniers, au Maroc, à l'Algérie, au "polisario" et à la Mauritanie, rappelle-t-on.