lemag

L'USFP organise à Oujda un meeting national sous le thème "le Maroc et l'Algérie, locomotive de l'avenir de l'édifice maghrébin"

Rédigé le 08/12/2018
MAP


Le bureau politique de l'Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) a organisé, vendredi à Oujda, un meeting national sous le thème "le Maroc et l'Algérie, locomotive de l'avenir de l'édifice maghrébin".

Les intervenants à cette rencontre, à laquelle ont assisté notamment des représentants de partis politiques, de syndicats et d'associations de la société civile, ont affirmé que la Maroc et l'Algérie, forts de leur histoire commune, sont des pays prometteurs qui regorgent d’énormes potentialités à même de réaliser les objectifs de développement, de complémentarité et de progrès avec des retombées positives pour les générations actuelles et futures.

Intervenant à cette occasion, Abderrahmane Youssoufi, Premier ministre du gouvernement d'alternance (1998-2002), a indiqué que la main tendue de SM le Roi Mohammed VI à l'Algérie est une initiative "sincère" pour une "victoire collective" des Algériens et Marocains.

L'appel de SM le Roi est une initiative pour "réaliser notre victoire collective, en tant qu'Algériens et Marocains, sur tous les obstacles qui entravent le droit de "nos peuples à la croissance, la complémentarité et la coopération" et leur droit de jouir d'un "espace de sécurité, d'innovation et de contribution positive commune" dans le continent africain, à l'ouest du monde arabe et l'ouest de la Méditerranée, a-t-il poursuivi, souhaitant que cette initiative soit une "réponse d'espoir rassurante" face à l'anxiété qui hante les élites des deux pays quant à "l'avenir incertain" de la région.

M. Youssoufi a cité, dans ce cadre, des propos prononcés à Rabat par l'Algérien Lakhdar Ibrahimi qui déplorait l'échec d'une génération à réaliser le rêve du Grand Maghreb, souhaitant que la nouvelle génération de dirigeants des deux pays puisse "accomplir cette mission avec détermination, conviction et patience".

M. Youssoufi s'est dit satisfait de l'appel du Souverain à créer toutes les conditions positives pour une "réconciliation historique avec nos frères algériens" et la proposition de Sa Majesté de former un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation, dans un esprit constructif et d'un commun accord entre les dirigeants des deux pays pour examiner toutes les questions sans tabou, d'autant que "nos deux pays et nos dirigeants n'ont besoin d'aucune médiation pour avoir le courage d'innover des solutions aux questions en suspens".

Sur la base de l'esprit du Discours, de sa forme et de ses fondements, il a estimé qu'il s'agit d'une "position sincère de SM le Roi qui n'accepte pas de surenchère" et qui a pour seule finalité de trouver des solutions efficaces aux problèmes en suspens.

"Nous sommes tous obligés de créer ces solutions, vu la fraternité et l'histoire commune, avec le même esprit d'engagement dont avait fait preuve "notre pays vis-à-vis de la génération des patriotes de l’Algérie sœur", a-t-il poursuivi.

M. Youssoufi s'est réjoui que le Souverain ait rappelé la Conférence de Tanger qui a eu lieu en 1958, estimant qu'il s'agit d'un message éloquent et symbolique.

La rencontre de Marrakech qui a fondé l'Union du Maghreb Arabe (UMA) a été synonyme d'espoir pour les cinq peuples maghrébins, mais malheureusement cette union a été entravée pour plusieurs raisons dont "nous devons tirer les leçons et les enseignements", a-t-il conclu.

Pour sa part, le premier secrétaire du parti de la Rose, Driss Lachgar, a considéré que la tenue de ce meeting à Oujda vise à rappeler les rôles historique et stratégique de cette cité millénaire dans la communion entre les deux peuples, aux moments de joie comme de détresse, pour défendre les intérêts communs et lutter contre le colonialisme.

M. Lachgar a également passé en revue plusieurs épopées de résistance commune, appelant à préserver la mémoire maroco-algérienne afin que les générations montantes puissent en prendre connaissance.

Il a, dans ce sens, fait savoir que son parti a procédé au lancement d'une initiative de documentation consistant à collecter tous documents sur l'histoire commune et à enregistrer les témoignages des anciens combattants relevant des deux pays.

"Dans un cadre de paix et de stabilité, l'on peut relever le défi du développement commun en mobilisant nos potentialités afin de concrétiser des partenariats économiques réussis et générateurs de richesse", a-t-il dit, notant que cela devrait impacter positivement l'ensemble des pays maghrébins.

Pour sa part, le dirigeant Ittihadi, Abdelouahed Radi, a mis l'accent sur certains épisodes de l'histoire partagée entre les deux pays, marqués par les valeurs de fraternité, de solidarité et de coopération, soulignant l'importance de rappeler ces faits historiques aux générations montantes afin qu'elles envisagent avec espoir et optimisme l'avenir des relations bilatérales et inter-maghrébines.