lemag

Le maintien du statut quo au Sahara ne bénéficie à aucune des parties (ministre allemand des AE)

Rédigé le 30/11/2018
MAP


Le maintien du statut quo au Sahara ne bénéficie à aucune des parties, a déclaré jeudi le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas. S'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Nasser Bourita, au terme de leurs entretiens à Berlin, le chef de la diplomatie allemande a souligné la nécessité de jeter les bases d'un développement régional intégré et saisir toutes les opportunités pour le réussir.

Il a affirmé que toutes les parties sont invitées à adopter une attitude constructive lors de la table ronde sur le sahara prévue en décembre prochain à Genève, estimant que cette rencontre revêt "une grande importance".

Le chef de la diplomatie allemande a réitéré à cet égard le soutien de son pays au processus onusien et de l'envoyé personnel du Secrétaire Général des Nations Unies pour le sahara Horst Köhler .

Évoquant, par ailleurs, la conférence de Marrakech sur la migration copresidée par le Maroc et l'Allemagne, il a émis son souhait de voir cette rencontre donner lieu à un débat raisonnable et serein autour de la question migratoire qui sert les intérêts aussi bien des pays d'origine que ceux de transit et d'accueil.

Le ministre allemand a relevé que le Royaume est un partenaire important de son pays non seulement dans le domaine migratoire et que la coopération intense entre Berlin et Rabat se reflète aussi dans le domaine de l'énergie solaire, notant que les deux pays disposent d'un important potentiel à même de renforcer davantage cette coopération.

En réponse à une question sur le refoulement de Marocains en séjour irrégulier en Allemagne, le ministre a indiqué que "nous avons une coopération solide avec le Maroc et les chiffres dont nous disposons reflètent une évolution importante".

"Nous sommes d'avis pour poursuivre cet élan", a-t-il ajouté.

De son côté, M. Bourita s'est félicité du climat qui a marqué les entretiens fructueux avec son homologue allemand, faisant observer que "les relations entre nos deux pays se développent de manière positive à la faveur des contacts réguliers entre SM le Roi Mohammed VI et la chancelière allemande Angela Merkel, mais aussi à travers les différents mécanismes de coopération notamment les commissions mixtes et consulaires ou les contacts politiques".

Les liens économiques entre les deux pays progressent positivement, a-t-il dit, notant que l'Allemagne est un partenaire commercial important du Maroc, occupant la 5e place parmi les partenaires économiques du Royaume.

Les investissements allemands au Maroc se développent de manière notable et disposent d'un grand potentiel pour évoluer davantage, a expliqué M. Bourita, qualifiant la coopération entre les deux pays d'exemplaire dans des domaines importants tels l'environnement, l'eau et l'agriculture.

Et le ministre de poursuivre que sa visite en Allemagne intervient dans un contexte marqué par des échéances importantes notamment à la veille de contacts multilatéraux et à quelques jours de la conférence de Marrakech sur la migration.

La question migratoire, a-t-il expliqué, s'érige actuellement en élément structurant des relations internationales, faisant observer qu'au niveau bilatéral, l'Allemagne et le Maroc ont traité cette question dans un esprit de coopération et d'échange.

Ce modèle de coopération bilatérale devrait inspirer la communauté internationale dans le traitement de la problématique migratoire au niveau international et multilatéral, a souligné le ministre.

«Nous sommes conscients que la conférence de Marrakech soulignera que la question de la migration ne peut être résolue que dans un cadre multilatéral et de partage des responsabilités et que toute autre approche sera sans effets à long terme", a dit M. Bourita.

Répondant à une question sur la réadmission de Marocains d'Allemagne, il a fait savoir qu'en matière d'immigration, le Maroc a toujours agi en tant que pays responsable. Tout en veillant à préserver les intérêts de ses ressortissants résidant légalement en Allemagne et à faciliter leur intégration dans ce pays, il coopère quand il s'agit lutter contre l'immigration clandestine, a relevé M. Bourita.

Il a rappelé à cet égard que depuis l'entretien téléphonique entre SM le Roi et Mme Merkel en 2016, un mécanisme de coopération dans ce domaine a été mis en place, soulignant qu'une réunion a été tenue le mois dernier à Marrakech où les parties ont exprimé leur satisfaction des résultats concernant l'action des consulats marocains et la coopération des autorités marocaines.

M. Bourita a ajouté que les deux pays partagent, par ailleurs, la même vision s'agissant des questions régionales.

Le ministre a également eu un entretien avec le conseiller de Mme Merkel pour les Affaires étrangères et de sécurité, Dr. Jan Hecker avec lequel il a évoqué la participation de la chancelière allemande à la conférence de Marrakech et les efforts du Maroc dans le domaine de la migration à travers une approche globale de développement dans une optique humaniste, ainsi que la mobilisation du Royaume pour lutter contre les réseaux d'immigration clandestine.

Les deux parties ont également évoqué la coopération bilatérale dans les domaines des investissements, des énergies renouvelables, du développement rural, de l'environnement, notant que ce sont là des domaines qui favorisent la coopération triangulaire avec l'Afrique. Ont pris part à ces entretiens M. Redouane Dghoughi, directeur des affaires européennes au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et le chargé d'affaires à l'ambassade du Maroc à Berlin, M. Khalid Lahssaini.