lemag

La suspension du Conseil de la région de Guelmim-Oued Noun prolongée, une dernière fois, de six mois (ministre de l'Intérieur)

Rédigé le 22/11/2018
MAP


Le ministre de l'Intérieur a décidé de prolonger, pour une dernière fois, la suspension du Conseil de la région de Guelmim-Oued Noun pour une durée de six mois et ce, "en l'absence de tout signe indiquant que les parties concernées cherchent à dépasser leurs différends". La durée de suspension du Conseil de la région de Guelmim-Oued Noun, fixée en vertu du décret ministériel n°1528.18 en date du 16 mai 2018, s'est épuisée "en l'absence de tout signe indiquant que les parties concernées cherchent à dépasser leurs différends et que les raisons ayant motivé cette décision persistent toujours", indique un communiqué du ministre de l’Intérieur parvenu mercredi à la MAP. La décision de suspension a été prise, selon la même source, en vue de "permettre aux parties représentées au sein du Conseil d’œuvrer à surmonter leurs différends profonds qui ont affecté négativement le fonctionnement des services de la région". "Face à cette situation qui pourrait avoir une incidence négative sur les services de la région et en vue d'assurer un fonctionnement normal, il a été décidé de prolonger, une dernière fois, la suspension du Conseil de la région pour une nouvelle période de six mois, en vertu du décret ministériel n° 3524.18 du 8 Rabii I 1440 (16 novembre 2018), publié dans le Bulletin Officiel n° 6727 le 11 Rabii I 1440 (19 novembre 2018)", poursuit le communiqué.

La décision de prolonger la suspension est fondée sur les dispositions de l'article premier de la décision de suspension publiée le 16 mai 2018, qui prévoient la possibilité de prolonger cette suspension, le cas échéant, pour la même période, à savoir six mois supplémentaires, relève la même source.

"Afin de garantir la régularité du fonctionnement des services de la région durant la nouvelle période de suspension, la délégation spéciale chargée de l'expédition des affaires courantes du Conseil continuera à exercer ses fonctions conformément aux dispositions juridiques décidées, dans l'espoir de voir les composantes du Conseil, avant l'achèvement de la nouvelle suspension, procéder à une auto-critique et s'engager dans une nouvelle approche basée sur la solidarité et la coopération constructive, tout en privilégiant l’intérêt général aux considérations personnelles", conclut le communiqué