lemag

Essaouira : Le Forum de Saint-Louis se penche sur la manière de "mieux habiter le monde"

Rédigé le 03/11/2018
MAP


Le Forum de Saint-Louis, un espace pour faire entendre la voix de l'Afrique pour un monde repensé, a entamé ses travaux vendredi en début de soirée à Essaouira, en présence d’une palette d’intellectuels, d’académiciens, d’universitaires et d’acteurs de la société civile.

Initié sous le thème '’Mieux habiter le monde’’, ce forum de deux jours se veut un lieu de rencontres et d'échanges pour souligner que la configuration du monde actuel dessine un nouvel âge d’une humanité toujours en mutation, et que les frontières de toute nature, aussi bien culturelles, économiques que géographiques qui s’effacent, retentissent dans les esprits. 

La séance inaugurale de ce conclave a été rehaussée par la présence notamment de M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi et président fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, de l’ambassadeur du Sénégal à Rabat, M. Ibrahim Al Khalil Seck, du gouverneur de la province d’Essaouira, Adil El Maliki, ainsi que d’autres personnalités.

Selon les organisateurs, le rôle de l’Afrique dans le monde actuel ne serait pas possible sans les Jeunes du Continent, notant qu’une formidable énergie d’entreprendre s’est emparée de cette partie du globe. 

Et de poursuivre que du nord au sud, de l’ouest à l’est, on enregistre chaque jour la création de nombreuses startups. À l’origine de cette révolution, une jeunesse qui a décidé de se lancer dans l’auto-emploi, afin de résoudre le manque d’emploi auquel elle fait face.

Ce forum offre aussi l’occasion de mettre l’accent sur l’impératif d’une Afrique au féminin, car si les femmes sont victimes des inégalités et des injustices, elles sont aussi les acteurs-clés du changement.

En d’autres termes, puisque la pauvreté concerne les femmes tout particulièrement, elles doivent être au centre de toutes les stratégies visant à lutter contre ce fléau, estiment les organisateurs du forum, faisant savoir qu’aucun progrès réel en la matière ne pourra être réalisé sans une participation active et agissante de la gent féminine. 

Dans une allocution de circonstance, le professeur Amadou Diaw, président du Forum, a rappelé que ce dernier a été créé il y a un an à Saint-Louis, ville sénégalaise à la fois un "laboratoire" et un "carrefour" où plusieurs civilisations sont passées et où plusieurs religions sont encore présentes et cohabitent depuis très longtemps, notant que c’est au sein de cette ville qu’on a mené plusieurs fois la réflexion sur le rôle de l’Afrique par rapport à l'évolution du monde, et par rapport à l’humanité.

"Nous avons estimé par la suite qu’il n’est pas intéressant de rester sur notre territoire puisqu’il s’agit de porter la voix de l’Afrique. Il fallait la porter au-delà même de Saint-Louis, voire même du Sénégal et demain peut-être au-delà du Continent", a-t-il dit, faisant observer que le choix d’Essaouira a été motivé par le fait que cette ville a plus de ressemblances avec Saint-Louis, en étant un carrefour multiculturel, et un pôle de métissage.

Dans la foulée, il a adressé ses vifs remerciements à l’Association Essaouira- Mogador et à toute son équipe, relevant que le thème de cette nouvelle édition a été soigneusement arrêté car l'on estime qu’outre les crises économiques et sociales, il existe une crise dans la relation avec l’autre et à ce niveau, le Continent africain a beaucoup à apporter à autrui et surtout, à partir d’Essaouira.

En prélude à ce forum, il a été procédé à l’organisation de deux ateliers sur l’art culinaire ainsi que sur le financement de la créativité. 

Les travaux de ce forum se déclineront en plusieurs panels ayant pour thématiques: ‘’Repensons l’imaginaire’’, ‘’graines de possibles’’, ‘’villes d’Afrique : rêver les métamorphoses’’, ‘’Tous des Migrants’’, ‘’planète terre, planète mer’’, ‘’santé : les tueurs silencieux’’, ‘’éducation, apprendre autrement’’, ‘’art culinaire : tradition et modernité’’, ‘’sport et développement’’ et ‘’croire ensemble’’.