lemag

L'oignon, une '‘success story’’ à la marocaine

Rédigé le 01/11/2018
Hicham LOURAOUI - MAP


L’oignon, qui occupe la 2ème place au niveau de la sole maraichère après la pomme de terre, joue un rôle socio-économique très important avec une production nationale moyenne d’environ 800.000 T/an. Représentant 12% de la production nationale des cultures maraichères et s’étalant sur une superficie moyenne annuelle de 30.000 Ha, la culture de l’oignon procure près de 5 millions de journée de travail, soit l’équivalent de 18.000 emplois permanents. A l’instar des autres cultures maraichères, l’oignon bénéficie de subventions et aides de l’État dans le cadre du Fonds de développement agricole (FDA) qui porte sur l’aménagement des exploitations agricoles et l’équipement en matériel et en système d’irrigation localisé.

La répartition par région fait ressortir que Fès-Meknès est le principal producteur de l’oignon avec environ 11 600 Ha soit 41 % de la superficie totale nationale (27.073 ha), générant ainsi une production de près de 454.600 T soit 62% de la production nationale (737.090 T).

C’est ainsi que cette région abrite, chaque année depuis quatre ans, le Festival national des oignons d’El Hajeb qui se veut un rendez-vous incontournable pour les professionnels du secteur et les agriculteurs, venus des différentes régions du Royaume pour échanger autour des diverses thématiques de la filière oignon. Ce festival constitue également une occasion d’encourager et de promouvoir l’investissement agricole dans la province essentiellement au niveau de l’aval de la filière, discuter des outils et mécanismes pour mettre en place une plate-forme d’innovation en matière de valorisation, stockage et commercialisation de l’oignon, ainsi que de préserver les variétés d’oignon spécifiques à El Hajeb.

L’organisation de ce festival traduit ainsi la dynamique insufflée par le Plan Maroc Vert pour la promotion et le développement du secteur maraicher et l’importance de la filière de l’oignon qui joue un rôle socio-économique non négligeable à l’échelle nationale et constitue un des produits phares de la région.

En dépit de ses performances, la filière fait face à des contraintes liées aux méthodes traditionnelles de la conservation de l’oignon qui engendrent une perte conséquente de la production pouvant atteindre plus de 30% sur six mois. Pour remédier à cette situation, le département de l’Agriculture, l’ambassade des Pays-Bas au Maroc, le Groupe Crédit Agricole du Maroc et la Coopérative agricole marocaine de Meknès ont signé, en avril dernier, une convention visant à construire une unité industrielle moderne pédagogique de stockage des oignons dans la région d’El Hajeb. 

Conçue autour des techniques de stockage et de conditionnement modernes des oignons, cette unité permettra non seulement d’éliminer les pertes engendrées par le stockage mais également de permettre au secteur de développer une dynamique de l’offre exportable.