lemag

Au Maroc, une exposition réunit trois peintres marocaines "pionnières"

Rédigé le 24/10/2018
AFP


La capitale marocaine accueille jusqu'au 23 janvier une exposition posthume autour de l'oeuvre de trois artistes-peintres marocaines, considérées comme des "pionnières" de "l'expression artistique spontanée". L'exposition "Chaibia Talal, Fatima Hassan El Farrouj et Radia Bent Lhoucine: Voyage aux sources de l'art", qui se tient au Musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain de Rabat (MMVI) à Rabat, réunit ces "grandes artistes dans un dispositif autour de la question de l'art spontané", selon les organisateurs. "Ces artistes pionnières ont voulu faire les choses sans calcul, spontanément", a dit à l'AFP Mehdi Qotbi, directeur du MMVI et de la Fondation nationale du musée, qui organise l'exposition. "Il y a Chaibia, immense artiste connue mondialement, qu'on a voulu présenter avec deux peintres utilisant un langage similaire", a-t-il précisé. Chaïbia Talal (1929-2004) a produit une riche collection d'oeuvres classées dans l'art naïf et exposées au Maroc et dans de nombreux pays. Autodidacte, elle s'était attachée à peindre des portraits de groupes et de femmes marocaines. Elle a été considérée par certains critiques comme porte flambeau de la femme au Maroc. Moins connues du grand public, Fatima Hassan El Farrouj (1945-2011) et Radia Bent Lhoucine (1912-1994), dont l'oeuvre est également classée dans l'art naïf, ont "exercé une certaine forme de lutte pour l'émancipation des femmes à travers l'art", selon les organisateurs. Le royaume, qui compte une quinzaine de musées publics, affiche depuis quelques années sa volonté de dynamiser la culture, en particulier à Rabat, érigée en "Ville lumière".