lemag

Deux marocains parviennent à relier la Chine avec des vélos solaires

Rédigé le 06/10/2018
Houcine Tandofte - MAP


Shanghai - Malgré les distances et les multiples difficultés durant la traversée de nombreux pays, deux ressortissants marocains, dont l'un aux besoins spécifiques, ont réussi à relever le défi d'atteindre le sud de la Chine sur un tricycle solaire.

Yousef Al-Hawas (50 ans) et Mohammed Said Al-Jabbari (37 ans) ont décidé de relever le défi du rallye organisé par l'association française "The Sun Trip" qui consiste à rejoindre la Chine sur des vélos propulsés par l'énergie solaire combinée à l'effort physique.

Les deux aventuriers ont entamé, à titre symbolique, leur périple le 8 juin de Tanger devant le mausolée du voyageur Ibn Battouta avant de lancer officiellement leur défi le 25 septembre de la ville française de Lyon à destination de Guangzhou, dans le sud de la Chine.

Depuis la France, les aventuriers marocains ont traversé plusieurs pays, dont la Suisse, l'Italie, la Slovénie, la Croatie, la Serbie, la Bulgarie, la Turquie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan, pour arriver finalement en Chine après un long parcours d’environ 13.000 kilomètres, parcourus en plus de 100 jours.

"Le voyage a été difficile. Nous avons dû faire face à de nombreuses difficultés, notamment les mauvaises conditions climatiques (fortes pluies, chaleurs excessives, vents violents), mais aussi au risque de rouler avec les frêles montures sur les routes aux côtés des véhicules et des camions", indique Al-Hawas, inventeur et concepteur du tricycle solaire baptisé "Ibn Battouta".

"Parfois, nous roulons près de gros camions et le moindre mouvement de travers, de notre part ou de la part des chauffeurs, aurait pu avoir des conséquences désastreuses, notamment dans les longs tunnels de la Turquie et de la Géorgie, qui dépassaient parfois les quatre kilomètres", raconte-t-il.

"La traversée du désert était très difficile à cause de la chaleur excessive, du manque d’abri ou d'endroits pour le ravitaillement en eau et nourriture sur de longues distances de plus de 380 km. Nous étions souvent obligés de dormir à la belle étoile dans des endroits reculés et infestés de serpents et autres scorpions", raconte-t-il.

La distance parcourue chaque jours sur le tricycle solaire se situe autour de 220 kilomètres par jour à une vitesse moyenne de 35 km/h.

"Au départ du rallye, il y avait 42 participants, dont quatre équipés de vélos conçus et fabriqués à la main. Le long du périple, seul notre vélo et celui d'un participant tchèque ont pu continuer l'aventure", a-t-il dit.

Youssef et son ami Saïd al-Jabbari, souffrant d'un problème de motricité aux jambes et qui pédalait à la force des bras, ont du continuer leur aventure seuls et sans aucun autre concurrent jusqu’à la ville chinoise de Xi'an. Là ils ont rencontré un groupe de Français et décidé de terminer ensemble le reste du voyage sur 2500 km.

Les règlements du voyage étaient très stricts, de sorte que les organisateurs ont fixé même la surface des panneaux solaires qui ne devait pas dépasser 2,5 mètres carrés, explique Youssef.

Les organisateurs, qui souhaitent à travers cette manifestation faire la promotion de l'énergie solaire, ont fourni aux participants des dispositifs GPS pour pouvoir les suivre et contrôler leurs parcours, mais aussi de s’assurer que personne ne déroge au règlement de la course, étant donné que ce dernier interdit aux participants de demander l’aide de quiconque, explique-t-il. 

Yousef al-Hawas et Said al-Jabbari ont réalisé un exploit inédit en atteignant la Chine sur un vélo solaire de fabrication marocaine et honoré ainsi leur pays lors de cet événement international.