lemag

Monsef Derraji, un Marrakchi fait son entrée à l'Assemblée nationale du Québec

Rédigé le 03/10/2018
MAP


Connu sur les scènes québécoise et canadienne pour ses nombreuses actions dans les domaines économique et social, le Marocain Monsef Derraji a fait son entrée à l’Assemblée nationale du Québec lors des élections organisées lundi.

Loin d’être le fruit du hasard, l’élection de Monsef Derraji, membre du Parti libéral du Québec (PLQ) est l’aboutissement de longues années d’expérience en gestion, en relations publiques, en culture et d'action à l’international.

Homme de convictions et d’action, Monsef est depuis septembre 2015 le président-directeur général du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ).

Il compte à son actif plusieurs activités et réalisations notamment avec la CGEM et en particulier en faveur des jeunes entrepreneurs marocains dans le cadre des missions à l’étranger qu’il a organisées avec des entrepreneurs locaux.

"Cela m’a toujours amené à avoir une vision globale et une ouverture sur le monde de l’entreprenariat et c’est tout à fait normal d’en faire bénéficier les jeunes marocains", a-t-il confié à la MAP, rappelant qu’il a notamment organisé des missions (initiatives-projets) dans le cadre de la COP 22 à Marrakech en plus d’autres misions pour des projets à Ouarzazate.

Autre point fort de ce jeune marocain natif de Marrakech, le sentiment de partage, la participation citoyenne et le travail de terrain, autant de vertus qui lui ont facilité l'intégration dans la société canadienne et particulièrement québécoise.

"Le partage est ma devise et c’est un conseil que je donne aux jeunes pour réussir. Il ne faut pas se contenter des diplômes et du travail, il faut s’impliquer dans la société civile qui est un tremplin pour une intégration réussie dans le pays d’accueil", a-t-il soutenu. 

Évoquant son ambition politique, Moncef Derraji a expliqué que la fibre politique trouve son origine dans le fait qu’il est le fils d’un militant syndicaliste.

Arrivé au Québec, c’est dans les valeurs du PLQ qu’il se retrouve, "un parti proche des immigrants et qui prône les libertés individuelles", a-t-il dit.

"En aout dernier, j’ai été sollicité pour représenter le PLQ dans la région de l’Ouest de l’île, c’était une immense responsabilité mais c’est aussi un message que le parti envoie à ses adversaires en choisissant un candidat issu de l’immigration".

Une mission qui a été couronnée lundi par un immense succès avec 22.406 voix, devant les candidats de la Coalition avenir Québec, du Québec solidaire et du Parti québécois.

Pour lui, il s’agit d’une nouvelle étape pour continuer son action sous un autre angle, armé pour cela de son expérience et son riche parcours académique.

En effet Monsef Derraji, qui prépare aujourd’hui son doctorat, étudie les diverses avenues possibles au niveau de l’organisation des soins dans le domaine de la santé publique et plus particulièrement au niveau des maladies chroniques. "Ces différents champs d’intérêt me donnent une vision globale des problématiques de notre époque et me confèrent une place particulière dans l’écosystème entrepreneurial".

De plus, depuis juin dernier, il est Administrateur de sociétés certifié (ASC) et siège dans plusieurs conseils d’administration dont celui de Retraite Québec et de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT).

Homme de convictions et d’action, il s'est impliqué pour le développement social et économique du Québec et auprès de la relève d’affaires, où il a eu l’occasion de présenter, discuter et défendre des questions de gouvernance et d’entrepreneuriat, en général.