Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
lemag

Mondial-2018/France: Lemar et Dembélé, un goût d'occasion manquée

Rédigé le 27/06/2018
AFP


Moscou - Ce match sans grand enjeu était l'occasion pour eux de se montrer en bleu, mais Thomas Lemar et Ousmane Dembélé n'ont guère pesé mardi contre le Danemark (0-0), échouant à rebattre les cartes en vue du 8e de finale du Mondial-2018 samedi.

Des deux, c'est Lemar qui a été le plus décevant. Peut-être parce qu'il était le plus attendu, grâce à ses prestations passées et sa "patte gauche magnifique", que louait son coéquipier en équipe de France Corentin Tolisso.

Mais le Guadeloupéen qui avait eu du mal en fin de saison à Monaco, a mis beaucoup de temps à rentrer dans son match, sans apporter de vitesse ni orienter le jeu.

Le milieu offensif - 22 ans et 13 sélections - a attendu la 38e minute pour lancer le jeu français, vers Dembélé, qui donnait un ballon à Antoine Griezmann, envoyé dans les mains du gardien.

Le futur joueur de l'Atlético de Madrid a été un peu meilleur dans le deuxième acte, avec une frappe contrée par un Danois (54e) ou un ballon dans la profondeur pour Nabil Fekir, que le Lyonnais a mal négocié (76e).

Mais il a aussi envoyé une passe directement en touche, en voulant servir son ex-coéquipier monégasque Benjamin Mendy (63e).

Son doublé retentissant contre les Pays-Bas (4-0) en août dernier, en éliminatoires du Mondial, semble loin.... Et sa prestation ne devrait pas bousculer la hiérarchie de Didier Deschamps, qui apprécie son profil, mais a aussi rappelé sa fin de saison plus délicate en club.

Ousmane Dembélé, 21 ans et 15 sélections, a quant à lui placé quelques accélérations et davantage tenté, à l'image de sa frappe à la 33e, à côté, mais sans non plus suffisamment peser.

A la 40e, il réalise un joli mouvement, avant de centrer, pour personne, au point de penalty. Puis l'attaquant du FC Barcelone s'est montré beaucoup trop discret en deuxième période, dans une partie où il aura montré de l'envie, mais comme souvent, trop d'imprécisions dans le dernier geste, en trouvant rarement le grand Olivier Giroud.

Il a d'ailleurs été remplacé à la 78e minute par Kylian Mbappé, très attendu par le public du stade Loujniki qui a ovationné l'entrée en jeu du Parisien de 19 ans et plus jeune buteur de l'histoire de l'équipe de France, lors du match face au Pérou (1-0).

Dembélé avait à vrai dire peu de chances de débuter les 8es mais son match a renforcé ce constat, après une première prestation déjà décevante contre l'Australie (2-1).

Sauf pépin physique, la triplette offensive Mbappé-Giroud-Griezmann démarrera donc en 8e de finale. Giroud qui avait récupéré la place de Dembélé contre le Pérou a été très peu servi face aux Danois, mais il s'est bagarré comme à son habitude et semble offrir beaucoup plus de garanties que "Dembouz".

Dans l'ensemble, les "coiffeurs", le nom qu'on donne aux remplaçants dans un tournoi, n'ont pas saisi leur chance et Deschamps n'est guère plus avancé.

S'il reste un strapontin à prendre c'est sur l'aile gauche, où Blaise Matuidi avait été très moyen contre les Péruviens.

Mais le joueur de la Juventus, 31 ans et 69 sélections, a l'expérience des grandes compétitions et un caractère de combattant qui plaît à Didier Deschamps. Et Lemar n'a pratiquement rien montré.