Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
lemag

Mondial-2018 - Chère Russie: la passion sans prix des supporters latino-américains

Rédigé le 26/06/2018
AFP


Buenos Aires - Voir jouer Leo Messi, James Rodriguez, "Chicharito" Hernandez ou Paolo Guerrero dans une Coupe du monde, ça n'a pas de prix. Même les lourds frais de déplacement n'ont pas refroidi les quelque 140.000 supporters latino-américains venus assurer l'ambiance en Russie.

La place Rouge est noire de monde. Autour de la célèbre place de Moscou, ou sous la coupole des basiliques orthodoxes, des dizaines de milliers de fans d'Amérique latine défilent dans la capitale russe et l'ont redécorée de leurs drapeaux et maillots bariolés, lors du Mondial-2018.

Malgré un océan à traverser et des heures d'avion, environ 140.000 personnes, pour l'Argentine, le Mexique, la Colombie et le Pérou, se sont déplacées pour soutenir leur sélection en souscrivant des forfaits compris entre 8.000 et 30.000 dollars (de 7.000 EUR à 26.000 EUR), selon les données estimées par les agences de voyage des pays concernées.

La majorité d'entre eux avait déjà réservé l'hôtel et une entrée, ou plus, pour les matches au moment de voyager. D'autres se sont envolés vers la Russie sans ticket pour les stades, mais avec l'envie de vivre un bout du Mondial-2018 sur les écrans géants des fan zones de chaque ville.

"Quand le Pérou s'est qualifié, les gens sont devenus fous! La première chose qu'ils ont faite a été de prendre leur vol: il y a eu plus de billets vendus que lors de Nöel et la Fête des mères réunis", explique Inés Christing de la plateforme de réservation en ligne despegar.com, basée à Buenos Aires.

Quelque 45.000 Péruviens sont venus supporter les Incas pour leur premier Mondial depuis 1982 - 25.000 d'entre eux sont partis du Pérou, et les autres de plusieurs endroits d'Europe - selon le ministère des Transports du pays andin.

Pour l'Argentine, ils ont été près de 54.000 à voyager pour encourager la sélection de Leo Messi, selon les informations de vente de billets de la Fifa.

Pour Gabriel Bianchi, de l'agence de voyage Bibim Group, ils se divisent en deux: ceux qui depuis 2017 et la qualification de l'Albiceleste ont chassé seuls le bon plan, et ceux qui ont souscrit des forfaits "tout-inclus"; surtout des entreprises.

Les moments d'achat les plus forts "ont été octobre, quand l'Argentine s'est qualifiée; décembre au moment du tirage au sort; puis mars avec les matches amicaux", précise-t-il.

Le package le plus vendu en Argentine comprend cinq nuits à l'hôtel, le vol, et une entrée pour un match; le tout pour 8.400 dollars (7.200 EUR).

Pour les trois matches de l'Albiceleste au premier tour, il fallait débourser au moins 13.000 dollars avec vols et 14 nuits d'hôtel incluses.

En Colombie, pays pourtant plus peuplé que l'Argentine, les supporters cafeteros ont été bien moins nombreux à faire le grand saut: 12.000, selon les chiffres de l'immigration. Même si on estime qu'ils étaient plus de 20.000 dimanche soir à Kazan pour le match remporté face à la Pologne (3-0).

70% d'entre eux sont issus des couches sociales les plus hautes, estime le tour-opérateur Aviatur, un constat qui s'explique certainement par le coût moyen des forfaits vendus par cette entreprise: 5.289 dollars par personne. Il n'est également pas rare de voir des familles entières se promener et se rendre dans les stades.

Pour les Méxicains, le coût de la passion était un peu plus élevé: de 13.500 dollars, avec deux matches et cinq nuits, à 30.400 dollars, avec les trois matches de poule de la "Tri" plus un autre à choisir et 15 nuitées.

Un coût peut-être déjà amorti pour les chanceux qui ont pu voir le succès historique du Mexique face au champion du monde en titre l'Allemagne (1-0) le 17 juin.

Quelque 16.000 Mexicains ont obtenu une "fan ID", un document qui permet d'accéder sans visa au territoire russe du 4 juin au 15 juillet. Mais c'est sans compter sur les 25.000 demandes des Etats-unis, d'où viennent de nombreux supporters d'origine hispanique, surtout des Mexicains résidant dans le pays.

Mais pour les passionnés, il y a toujours un moyen de vivre le Mondial pour un prix abordable, comme ses supporters qui ont traversé l'Atlantique en ferry puis l'Europe dans leur bus, "la Bendiction" avec un portrait en carton de leur ami "interdit" de voyage par sa copine. Lui a vécu le Mondial gratuitement.