Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
lemag

Etude : Ne jamais étouffer un éternuement

Rédigé le 24/01/2018
Ahmed Belasri - LeMag

Londres : Essayer de bloquer l’éternuement en fermant sa bouche et en pinçant son nez, peut provoquer des déchirures des tissus de la gorge, des hémorragies au cerveau ou des perforations des oreilles.



Quand on éternue, une forte pression se produit au niveau des poumons et des muscles respiratoires, elle propulse l’air et des gouttes du mucus, à travers le nez et la bouche, à plus de 100 km/heure.

Quand on essaye de retenir son éternuement, en bloquant les ouvertures au niveau de la bouche et du nez, cette forte pression s’exerce en se confinant à l’intérieur et a un effet explosif, à l’intérieur de la zone ORL (nez, gorge, oreille) et dans la région tête et cou.

Selon une nouvelle étude réalisée par des médecins britanniques de l'Hôpital universitaire du Leicester, publiée récemment dans la revue scientifique ‘BMJ – British Medical Journal’, retenir un éternuement peut causer des dommages plus ou moins dangereux, allant de la déchirure de la gorge, à la surdité et jusqu’à la paralysie ou la mort, à cause d’une hémorragie cérébrale.


Cette étude a été motivée par le cas d’un jeune homme de 34 ans, qui voulant être poli, en cherchant à éviter d’éternuer au visage d’un vis-à-vis, il a fermé sa bouche et s’est pincé le nez lors d’un éternuement. Il a immédiatement ressenti une violente douleur à la gorge et a eu une extinction de la voix. Il a dû être urgemment hospitalisé et y est resté plus d’une semaine.

Selon les médecins de l’hôpital du Leicester, qui ont rédigé cette étude, un éternuement étouffé peut causer des problèmes de sinus, des dommages à l'oreille moyenne et interne, des infections de l'oreille, un  tympan rompu et des veines déchirées au niveau du cerveau.

Ils ont recommandé de ne jamais résister à un éternuement en essayant de le retenir. Et que si pour des raisons de bienséance on cherche à éviter d’éternuer au visage des gens, on peut utiliser un mouchoir, ou éternuer dans son coude.