F1 : Le 1e circuit africain sera-t-il au Maroc ?

F1 : Le 1e circuit africain sera-t-il au Maroc ?

Rédigé le 08/08/2019
Adam Sfali

Montréal : Des discussions ont lieu avec le Maroc et avec l’Afrique du Sud, pour créer des circuits et des grands prix, dans l’un ou dans les deux pays africains.



Un grand prix de Formule 1 serai-il de retour au Maroc, après celui de 1958, l’unique ayant été organisé dans l’histoire du royaume.

Des pourparlers seraient engagés avec les autorités sportives du royaume pour la création d’un circuit et d’une course de formule 1, qui seraient intégrés au calendrier international de la Formule 1.

Selon le site du journal canadien, National Post, Formula One Group, une firme américaine chargée par la fédération internationale de l’automobile – FIA, de promouvoir ses produits et ses activités, a lancé des discussions avec plusieurs pays en Asie et en Afrique, en vue d’augmenter le nombre de courses du calendrier annuel international de Formule 1.

En Asie, Formula One parle aux saoudiens pour créer un circuit et une course de formule 1, qui s’ajouteraient à celles de Bahreïn (Sakhir) et Abou Dhabi (Yas Marina). Mais l’Arabie, indique la même source, inquiète par son piètre bilan en matière des droits de l’Homme, l'égalité des sexes et la liberté des médias.

En Afrique, les discussions sont conduites avec le Maroc et l’Afrique du Sud pour explorer les possibilités de créer un ou deux circuits dans l’un ou dans les deux pays africains les plus développés du continent. Bientôt l’Afrique sera le continent le plus peuplé au monde et il faudrait que la formule 1 y soit présente et active, a fait remarquer Formula One.

Le Maroc possède déjà un circuit et une course de Formule E, à Marrakech. Quant à la formule 1, elle avait déjà été présente au Maroc, pour une seule course, organisée au circuit urbain Ain-Diab à Casablanca, le 19 octobre 1958.


Cette course de formule 1 marocaine avait été marquée par un tragique accident qui fit victime le pilote britannique, Stuart Lewis-Evans, qui décéda quelques jours plus tard de ses blessures.