Etude : L’insomnie tue !

Etude : L’insomnie tue !

Rédigé le 08/08/2019
Adam Sfali

New York : L'insomnie chronique est liée à un risque accru d'hypertension, de diabète de type 2, de crise cardiaque, de dépression, d'anxiété, de démence, de maladie d'Alzheimer et de décès prématuré.



Vous éprouver énormément de difficultés à vous endormir ? Vous ne vous sentez pas reposés quand vous vous levez le matin ? Vous souffrez d’insomnie chronique et cela est un grave trouble de santé qui peut vous fait courir de gros risques.

En effet, une nouvelle étude menée aux Etats Unis, par des chercheurs de la faculté de médecine de la ‘Pennsylvania State University (Penn State University - PSU)’, est venue confirmer ce que nombreuses autres études internationales précédentes avait déjà affirmé : L’insomnie chronique, tue !!

Selon cette nouvelle recherche longitudinale, qui a suivi plus de 1700 hommes et femmes, durant plusieurs années, l’insomnie est un facteur aggravant pour nombreux troubles de la santé, comme les maladies cardio-vasculaires, le diabète et la démence, en plus des troubles psychologiques comme le stress et la dépression.

Les scientifiques pennsylvaniens ont découvert que le risque de développer une hypertension était cinq fois plus élevé chez les personnes qui dorment moins de cinq heures par nuit et trois fois et demie plus élevé pour ceux qui dorment entre cinq et six heures.

De même, le risque de développer un diabète de type 2 était trois fois plus élevé chez les personnes qui dorment moins de cinq heures par nuit et deux fois plus grand chez ceux qui dorment entre cinq et six heures.

Aussi, ont-ils découvert, les personnes souffrant d'insomnie se plaignent plus que les autres de ne pas pouvoir se concentrer et d'avoir des problèmes de mémoire.  Ils ont conclu que l’insomnie altère les performances cognitives et peut accroitre le risque de démence en général et de maladie d’Alzheimer en particulier.

POURQUOI NE DORME-T-ON PAS ? 

L’insomnie peut être causée par plusieurs classes de facteurs : Physiologiques psychologiques et le vieillissement.

Selon les chercheurs de la PSU, on peut avoir des troubles d’insomnie à cause de problèmes physiques comme les douleurs musculaires liés à des accidents ou à des maladies des nerfs. Les douleurs articulaires et les rhumatismes. Avec l’âge on doit aussi se réveiller plus souvent la nuit pour aller uriner ou quand on a soif.

Mais les troubles les plus invalidants sont ceux causés par des problèmes psychiques. C’est un cercle vicieux dans lequel l’insomnie est aggravée par l’inquiétude, l’anxiété, la mélancolie, la dépression ect. Et l’insomnie aggrave à son tour les effets de ses troubles.



Le stress résultant de ces troubles psychologiques, stimule la libération de substances hormonales comme le cortisol, une hormone connue pour provoquer l'éveil. Le cortisol provoque une excitation corticale au niveau du cerveau pendant le sommeil, ce qui peut expliquer pourquoi tant de personnes se plaignent que leur sommeil n'est jamais réparateur et se sentent si fatiguées à leur réveil.

COMMENT Y REMEDIER ?

Pour soigner l’insomnie il faut éliminer ses causes physiques et psychiques.

Nombre des ces facteurs peuvent être facilement traités et souvent entièrement éliminés en sachant s’adapter aux changements de structure du sommeil liés à l’âge et en modifiant les comportements perturbant le sommeil.

Les chercheurs de la Penne State University recommandent de commencez par pratiquer une bonne hygiène du sommeil, comme :

- Évitez ou minimisez l'utilisation de la caféine, des cigarettes, des stimulants et surtout de l'alcool.

- Faites de l'exercice, régulièrement, à l'extérieur si possible. L'exposition à la lumière naturelle pendant la journée et en début de soirée peut aider votre horloge biologique à se réguler. 

- Évitez de manger copieusement juste avant de se coucher. Si vous avez faim, prenez une collation légère: une banane ou un verre de lait tiède.

- Bien lire, avant l’extinction de la lumière. Lire un livre ou une revue à la lumière d’une lampe.



- Eviter toute exposition, au moment du coucher, à la lumière bleue des lecteurs électroniques, des smartphones, des tablettes, des ordinateurs et même des téléviseurs. La lumière bleue peut agir comme stimulant, en supprimant la production de mélatonine, une hormone naturelle du sommeil.

Tout cela, en prenant en compte, que la quantité de sommeil dont les gens ont besoin varie d’une personne à l’autre; il n'y a pas de norme de référence en matière de temps de sommeil nécessaire à une personne. Cela dépend plutôt de la façon dont les gens se sentent et de la qualité de leur vie.