Etude : Une fertilité faible au Maroc, sera bénéfique pour son marché financier

Etude : Une fertilité faible au Maroc, sera bénéfique pour son marché financier

Rédigé le 01/08/2019
Larbi Amine

New York : Avoir moins d’enfants aide au développement du marché financier et bancaire, et à l’attractivité du pays pour les investisseurs étrangers. 



Une étude russe des plus inédites a établi un lien entre la fécondité dans un pays et le développement de son marché financier et de son attractivité pour les IDE.

En effet, la banque d’investissement russe, Renaissance Capital, a indiqué dans une étude publiée hier, mercredi 31 juillet à Moscou, que le taux de fécondité dans un pays est un indicateur déterminant pour un investisseur étranger, afin qu’il puisse y évaluer la santé financière s’il compte y investir.

Et la banque moscovite d’ajouter, que le Maroc, en cette matière, figure parmi les pays exemplaires à citer.



Citée par l’agence américaine, Bloomberg et le site du journal indien, India Times, l’étude de Renaissance Capital explique que les investisseurs qui tentent de prédire la trajectoire des taux d’intérêt réels sur un marché émergent, devraient commencer à recueillir des données utiles sur les taux de fécondité.

Les pays où les familles ont moins d'enfants, sont susceptibles d'avoir des dépôts bancaires plus élevés. Et là où l’épargne des ménages est élevée, les liquidités financières et la disponibilité des prêts bancaires y sont plus grandes et cela conduit à des baisses des taux d’intérêts, ce qui aide à booster le financement de l’investissement.

Selon Renaissance Capital, le Maroc, l'Inde et les Philippines sont sur une bonne trajectoire pour améliorer leur offre financière et leur attractivité pour les IDE, grâce à une baisse significative de la fertilité de leurs ménages.

Les experts russes expliquent :

Lorsque les familles ont moins d'enfants, elles ont tendance à épargner davantage, car elles ne peuvent plus compter sur leurs enfants pour constituer leur pension. Nous pensons que cela explique la corrélation étonnamment forte entre les taux de fécondité et les dépôts des banques. Une forte augmentation des dépôts bancaires conduisent à une baisse des coûts d'emprunt et donc à plus d’argent disponible pour financer les projets d’investissements.