TSP : La pornographie, un désastre climatique

TSP : La pornographie, un désastre climatique

Rédigé le 18/07/2019
Larbi Amine

Paris : La pornographie en vidéo en ligne est responsable d’une énorme émission de gaz à effet de serre.



Le think tank français, The Shift Project – TSP, a alerté que le visionnage de la pornographie en vidéo en ligne, sur internet peut être assimilé à un acte de grave pollution de l’environnement.

En effet, dans une note d’analyse diffusée en juillet 2019, sous le titre, ‘Climat : L’insoutenable Usage De La Vidéo En Ligne’, TSP a indiqué que la pornographie en vidéo en ligne génère annuellement 82 millions de tonnes de CO2 jetées dans l’atmosphère, soit 5% du gaz à effet de serre généré par le numérique, lequel lui-même dépasse celui produit par le secteur du transport aérien civile.



Selon TSP, les vidéos pornographiques sur internet, représentent 16% du flux total des données numériques sur internet. Ces vidéos sont stockées sur des serveurs informatiques qui consomment énormément d’énergie pour leur fonctionnement et pour leurs systèmes de refroidissement.

Et puis, pour qu’elles soient diffusées, elles sont transportées sur les réseaux télécoms, de fibres optiques et sans fil, qui eux même fonctionnent en consommant grosses quantités d’énergies.

TSP, dans sa note d’analyse, appelle à une ‘sobriété numérique’ comme acte de bonne conduite climatique et de sauvegarde environnementale. 

Nous devons prioriser l’allocation des ressources en fonction des usages : Cela nécessite d’interroger la pertinence de nos usages du numérique.