Stress thermique. Combien de poste d’emplois perdrait le Maroc ?

Stress thermique. Combien de poste d’emplois perdrait le Maroc ?

Rédigé le 15/07/2019
Larbi Amine

Genève : Le Stress thermique découlant du réchauffement climatique nuira à la productivité et causera des pertes économiques et d’emplois. Les pays pauvres et à revenus moyens, comme le Maroc, seront les plus affectés.



En 2030, il fera tellement chaud que travailler dans certains secteurs, comme l’agriculture et la construction, sera dangereux pour la santé voir fatal.

On parle de stress thermique, un phénomène causé par le réchauffement climatique et qui sera le facteur premier causant les maladies du travail, l’invalidité ou même la mortalité chez les travailleurs.

Selon un nouveau rapport de l’Organisation Internationale du Travail – OIT, à l’horizon 2030, plusieurs pays, dont le Maroc, seront touchés par ce phénomène néfaste, et en découlera des pertes économiques et d’emplois importantes, notamment dans les secteurs qui emploient le plus au royaume, à savoir l’agriculture et le bâtiment / construction.

Dans son rapport, publié ce mois de juillet et intitulé ‘Working On A Warmer Planet - The Impact Of Heat Stress On Labour Productivity And Decent Work’, l’OIT a effectué un calcul projectionnel, pour déterminer, sur une période de 10 ans, 2019 – 2030, l’ampleur future de l’impact du stress thermique sur l’économie mondiale.

La conclusion de cette étude a été des plus alarmantes. L’Afrique sera durement touchée par la perte d’emplois à cause de la chaleur. Et le Maroc y paiera aussi un lourd tribut.

Selon l’OIT, à l’horizon 2030, le stress thermique fera perdre au royaume plus de 21000 postes d’emplois. 19000 emplois seront perdus dans les provinces du nord du Maroc et 2000 postes seront perdus dans les provinces du sud du Maroc. 



Cette perte lourde, si non anticipée dés maintenant par des politiques préventives, aura des conséquences sociales tout aussi lourdes, car les 21000 marocains qui perdraient leurs emplois à cause de la chaleur, seraient avec leurs familles, sinistrés socialement.

Dans les autres pays d’Afrique du Nord, la situation sera tout aussi catastrophique. L’Egypte perdra 134000 emplois. L’Algérie 24000 et la Tunisie 17000.

Au niveau mondial, les pertes seront de 80 millions de postes d’emplois. 

L’OIT a appelé les gouvernements des pays susceptibles d’être touchés par le stress thermique, d’anticiper cette future problématique en adoptant dés maintenant, 

Des politiques nationales pour protéger les travailleurs. Ce qui passe par la création d’infrastructures adéquates et de meilleurs systèmes d’alerte précoce lors des épisodes de canicule, et par une meilleure application des normes internationales du travail, comme dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail.