Réchauffement climatique. Et si l’homme en était innocent !

Réchauffement climatique. Et si l’homme en était innocent !

Rédigé le 12/07/2019
Adam Sfali

Londres : Deux nouvelles études scientifiques des plus sérieuses, innocentent presque l’activité humaine de toutes responsabilités dans la calamité de notre ère : le réchauffement climatique. 



En effet, deux nouvelles études scientifiques, réalisées par des chercheurs finlandais et japonais, ont largement minoré la part de l’activité humaine, productrice de CO2, dans le réchauffement de l’atmosphère, duquel découle un dérèglement climatique aux effets environnementaux catastrophiques pour l’homme et la nature.

Selon ces deux études, le réchauffement climatique ne serait qu’infiniment anthropogénique : C'est-à-dire la production de CO2 des usines, des stations à charbons, des moteurs diesels des voitures, des fermes agricoles et de toutes les autres activités humaines, ne serait responsable du réchauffement de l’atmosphère qu’à une petite hauteur de 10%.

Les 90% restant seraient causés, selon les chercheurs japonais et finlandais, par les nuages.

UN PHENOMENE EXTRATERRESTRE

Les chercheurs Jyrki Kauppinen et Pekka Malmi de l’université de Turku en Finlande ont rédigé à ce sujet une étude intitulée ‘No Experimental Evidence For The Significant Anthropogenic Climate Change’. Et les chercheurs Yusuke Ueno, Masayuki Hyodo, Tianshui Yang et Shigehiro Katoh de l'université de Kobe au Japon, ont publié sur le même sujet, une étude intitulée ‘Winter monsoons became stronger during geomagnetic reversal - Revealing the impact of cosmic rays on the Earth's climate’.

Dans l’une est l’autre étude, la conclusion a été la même : Le réchauffement climatique est la conséquence d’un phénomène solaire qui provoque ce qu’ils ont appelé : ‘Un effet parapluie nuageux’.

Selon les chercheurs finlandais, au cours des cent dernières années, la température atmosphérique a augmenté d'environ 0,1 °C à cause du dioxyde de carbone. La contribution humaine en était d'environ 0,01 °C, soit de 10%.



A cela ajoutent les chercheurs japonais, vu cette minime contribution humaine au réchauffement climatique, il existe, disent-ils, de fortes preuves scientifiques qui suggèrent que des particules de haute énergie, extraites de l'espace, connues sous le nom de ‘rayons cosmiques galactiques’, affectent le climat de la Terre en augmentant la couverture nuageuse, ce qui provoque un effet parapluie nuageux bas, qui piègent la chaleur et fait augmenter les températures.

Les deux équipes de chercheurs ont aussi fortement critiqué les modèles de travails du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), mis en place par l’ONU, ainsi que les travaux sur le climat orientés politiquement et qui imposent de lourds frais économiques aux pays, sur la base de théories scientifiquement très incertaines.