Célébration du nouvel an amazigh 2969, énième démonstration de la diversité culturelle caractéristique de la société marocaine

Célébration du nouvel an amazigh 2969, énième démonstration de la diversité culturelle caractéristique de la société marocaine

Rédigé le 10/01/2019
MAP - Al Mustapha Sguenfle


Rabat - Coïncidant avec le 13 janvier de chaque année, la commémoration du nouvel an amazigh 2969 aura lieu ce dimanche et se veut l'occasion de mettre en avant la diversité culturelle de la société marocaine et de réitérer l’attachement des Marocains amazighophones à leur terre. Célébré un peu partout en Afrique du Nord sous différentes dénominations ("Idh Yennayer", "Hagouza", "Ikhef Yen Ousgass"), le nouvel an amazigh constitue une manifestation à forte charge culturelle. Il n’est donc pas étonnant que l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, les sciences et la culture (UNESCO) l'ait inclus sur sa liste de patrimoine immatériel universel.

Les origines historiques du calendrier amazigh "Yennayer" sont aussi diverses que lointaines dans le temps. Néanmoins, deux versions sont favorisées par la majorité des historiens et anthropologues intéressés à la question.

D'une part, certains associent le début du calendrier amazigh à l'événement de l'accession du roi amazigh Chichong au trône pharaonique, suite à sa victoire contre Ramsès III en 950 avant J-C. et la fondation conséquente de la XXIIème dynastie pharaonique d’origine amazighe qui régna sur l'Égypte des environs de -945 à -715.

D'autres estiment, par ailleurs, que la célébration du nouvel an amazigh renvoie plutôt au premier jour du calendrier agraire et symbolise la relation qui lie l’Homme amazigh à sa terre.

Quoi qu’il en soit, la commémoration du nouvel an amazigh puise ses sources dans une histoire pluriséculaire, et contribue à réhabiliter une composante incontournable de l’identité marocaine.

Cette célébration vient, surtout, conforter la place conférée à la culture amazighe dans la Constitution de 2011, et s’avère en phase avec la teneur des discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dans lesquels le Souverain met en avant la richesse de l'identité marocaine, forte de ses multiples composantes et affluents amazighs, arabo-islamiques, saharo-hassanis, africains, andalous, hébraïques ou encore méditerranéens.

En hommage à ce riche patrimoine national, les préparatifs de la célébration de la nouvelle année amazighe battent leur plein dans plusieurs villes marocaines. Qu'ils soient acteurs étatiques ou de la société civile, les organisateurs de ces festivités promettent une panoplie de manifestations alliant conférences, spectacles, expositions et soirées musicales.