Juan Zarate: Trump aura tort d’inclure les islamistes marocains et tunisiens, à sa chasse aux sorcières anti-Islamiste

New York : Juan Zarate est un ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale de l’ancien président US, George W. Bush.

Juan Zarate

Le président américain Donald Trump, son conseiller à la sécurité nationale, le général Michael Flynn et son secrétaire à la défense, le général James Mattis, sont des anti-islamistes notoires. Et sous eux, il est fort probable qu’une chasse aux sorcières anti-Islamiste, pourraient être déclenchée à l’échelle mondiale et dans tous les pays du MENA.

Selon Juan Zarate, ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale de George W. Bush et grand expert au Think Tank washingtonien, The Center for Strategic and International Studies – CSIS, les islamistes de part le monde, n’ont pas à être fourgués tous, dans un même panier.

Cité par le site britannique Al Monitor, Juan Zarate a déclaré :

‘‘Une interdiction générale de l’islam politique au sens large, pourrait être contre-productive’’.

L’expert américain a expliqué que l’administration Trump devra, non pas agir par idéologie, contre les islamistes en général, mais cibler ceux qui sont réellement dangereux et qui produisent directement, indirectement ou inspirent le terrorisme.

Pour Juan Zarate, il est inapproprié de mettre dans une même case, les islamistes marocains et tunisiens, qui ont gouverné et prouver leur engagements pour la démocratie, avec d’autres groupes moyen-orientaux qui eux sont des violents de naissance.

Juan Zarate a dit :

‘‘Je pense que les actions doivent parler plus que les mots. Je pense que tout groupe doit être jugé par la façon dont il fonctionne et avec qui il coordonne et comment il agit. Au Maroc, en Tunisie, et dans une moindre mesure au Koweït, les islamistes ont contribué aux gouvernements, ils légitiment l’ordre juridique établi, ils n’ont pas essayé de saper l’autorité de l’Etat. Ceci devrait être pris en considération … quand nous pensons à notre politique à l’égard de chaque pays, puis par rapport au groupe dans son ensemble.’’

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.