Industrialisation au Maroc : Des businessmen plaident pour un Etat protecteur

Genève : L’on ne veut pas d’un Etat qui crée des sociétés étatiques, qui nationalise des entreprises ou qui instaure des monopoles publiques.

Archives

Ainsi ont plaidé des entrepreneurs marocains à Genève, lors d’un forum international, tenu récemment dans la ville suisse.

Cette rencontre portant l’appellation de ‘Africa CEO Forum’ a eu pour thème principal, la question de l’industrialisation dans les pays africains et la difficulté d’émergence d’une industrie locale constituée d’entreprises à capitaux domestiques.

LES MAROCAINS POUR UN ETAT STRATÈGE

A ce forum sont intervenus des businessmen marocains qui ont plaidé pour un Etat qui joue pleinement son rôle de stratège, de protecteur, mais sans sombrer dans un interventionnisme à la soviétique.

Deux hommes d’affaires marocains: l’ancien ministre, Moncef Belkhayat, PDG du groupe de communication WB Africa et Zouhaïr Bennani, patron du groupe de grande distribution Label’Vie, ont pris la parole devant ce forum genevois, pour dire leur vision d’un Etat marocain qui serait efficace au service de l’industrialisation du royaume.

LES NATIONAUX DEFAVORISES PAR RAPPORT AUX ÉTRANGERS

Moncef Belkhayat a dit :

‘’un État ne peut rester passif. Le Maroc a mis en place une politique industrielle autour de clusters bien définis dans les secteurs automobile et aéronautique. Il a ciblé les plus grandes multinationales, qu’il a ramenées sur son territoire grâce à des incitations fiscales, en donnant des terrains, en créant des infrastructures et tout un écosystème de sous-traitants.’’

Or souligne l’ancien ministre des sports, au gouvernement Abbas El Fassi :

‘’Il est à regretter qu’on traite les investisseurs étrangers différemment des entrepreneurs locaux marocains et que ces derniers ne bénéficient pas des mêmes avantages.’’

UNE ‘PRÉFÉRENCE NATIONALE’ INDUSTRIELLE

Zouhaïr Bennani, pour sa part, a plaidé pour que l’Etat marocain soit protecteur vis-à-vis des entreprises à capitaux marocains.

Le patron de Label’Vie, a, également, appelé l’Etat à stimuler l’émergence d’industries locales, par la voie de dispositifs réglementaires spéciaux.

Pour cela, a-t-il appelé, il faudrait généraliser le modèle de l’industrie pharmaceutique marocaine, à tous les autres secteurs industriels.

Zouhaïr Bennani a dit :

‘’À partir du moment où l’on dépasserait un certain niveau d’importations, on obligerait à fabriquer le produit sur place, comme c’est déjà le cas dans le secteur de la pharmacie au Maroc.’’

Tous les participants à cet ‘Africa CEO Forum’, qui sont ministres, PDG de grandes entreprises africaines et représentants du Cnuced, de la Banque africaine de développement et d’Afreximbank, ont conclu à une principale recommandation :

‘’Toute industrialisation en Afrique passe résolument par des actions volontaristes des États.’’

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.