DG de l’ONCF: Un train marocain transsaharien est tout à fait envisageable

Paris: ‘‘Le principal défi consiste à traverser les montagnes de l’Atlas pour relier Marrakech à Agadir, au-delà, c’est du plat.’’

Archives

Un train marocain qui descend en Mauritanie et vers l’Afrique de l’Ouest est un projet tout à fait faisable, voire même envisageable.

Ainsi a déclaré Mohamed Rabie Khlie, le directeur de l’Office national des chemins de fer marocains (ONCF).

Interviewé par le journal français, Le Monde, en marge d’une rencontre avec Guillaume Pepy, président de la SNCF, dont l’entreprise apporte un soutien technique à l’ONCF, sur le programme LGV – TGV du Maroc, Mohamed Rabie Khlie a indiqué que le Maroc nourrit des ambitions très importantes et à portées régionales et intercontinentales, en matière d’infrastructures ferroviaires.

Selon le DG de l’ONCF, si des équipes techniques espagnoles et marocaines ont commencé à travailler sur le sujet d’un tunnel ferroviaires sous le détroit Gibraltar, depuis les années 80, une autre ouverture ferroviaire internationale, n’est en rien à exclure, cette fois vers la profondeur sud du royaume.

Mohamed Rabie Khlie a dit :

‘‘Pour ce qui est d’une liaison avec le reste de l’Afrique, la volonté politique est là. Des études sont en cours sur la continuation de la voie ferrée à partir d’Agadir vers nos provinces du sud.’’

Le DG de l’ONCF a ajouté :

‘‘Le principal défi consiste déjà à traverser les montagnes de l’Atlas pour relier Marrakech à Agadir, au-delà, c’est du plat. On pourra à ce moment-là envisager de descendre en Mauritanie et vers l’Afrique de l’Ouest.’’

Par ailleurs, Mohamed Rabie Khlie a assuré que la ligne grande vitesse (LGV) marocaine, devra pouvoir être opérationnelle à la mi-2018.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.