Au Brésil, des pots-de-vin pour récupérer les corps à la morgue

Rio de Janeiro – La corruption endémique au Brésil a pris un tour macabre avec l’arrestation mardi d’un conseiller municipal de Rio de Janeiro accusé de réclamer des pots-de-vin à des familles endeuillées pour récupérer des corps à la morgue.
 
Selon le parquet, Gilberto de Oliveira Oliveira commandait depuis 2014 une « mafia » au sein de l’Institut médico-légal (IML) de Campo Grande, quartier populaire situé à l’ouest de Rio.
 
Deux autres suspects ont été arrêtés: Sérgio William Silva Miana, directeur de l’IML, et Sergio William Silva Miana, responsable de la police locale.
 
D’après les enquêteurs, la « mafia » en question faisait en sorte que des corps en provenance de quatre hôpitaux soient transférés vers l’IML même dans des cas de mort naturelle sans nécessité d’autopsie.
 
Par la suite, « les familles des défunts devaient payer des pots-de-vin pour récupérer les corps », a expliqué un porte-parole du parquet à l’AFP.
 
Cette nouvelle affaire s’ajoute aux scandales de corruption à répétition qui ébranlent le Brésil.
 
Des dizaines d’hommes politiques de tous bords sont visés par l’opération « Lavage Express », enquête tentaculaires qui a révélé entre autres le trucage systématique de marchés publics, notamment de la compagnie pétrolière d’État Petrobras.
 
Le président Michel Temer lui-même a été accusé d’avoir reçu des pots-de-vin du géant de la viande JBS, mais la chambre des députés a voté la semaine dernière contre l’ouverture d’un procès devant la Cour Suprême. Près de 40% des députés sont eux-mêmes visés par des enquêtes pour corruption.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.