Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



Adam Sfali - Lemag - publié le Samedi 13 Avril à 09:35

Wikileaks – Sahara : Quand la France poignardait le Maroc dans le dos




Lemag.ma : En 2008, les USA et la France s’accordaient en secret, à déclarer à l’ONU que irréaliste est l’option d’indépendance au Sahara, l’Amérique a tenu sa position, mais la France s’est rétractée à la dernière minute.



Wikileaks – Sahara : Quand la France poignardait le Maroc dans le dos
2008, à New York, l’ex-envoyé personnel du secrétaire général des nations unis au Sahara, le néerlandais Peter Van Walsum, clouait au Pilori l’Algérie, en déclarant que l’option de l’indépendance au Sahara, était irréaliste.

Enragée, Alger fit mettre en marche, sa diplomatie du chéquier, pour finir par obtenir la non reconduction à son poste, de l’émissaire onusien.

Mais Peter Van Walsum en faisant cette déclaration, n’exprimait pas uniquement sa propre opinion, mais faisait écho de ce qui fut conclut en catimini à Paris, entre américains et français.

En effet, un câble diplomatique américain, publié par Wikileaks, révélait qu’un accord inédit avait été passé entre Washington et Paris en privé, concernant l’affaire du Sahara :

Suivant les termes de cet engagement franco-américain, Washington avait préparé une résolution à l'ONU, avec contenu une disposition qualifiant l'indépendance du territoire du Sahara, d'option « irréaliste ».

Ce pas américain plaçait ainsi l’autonomie proposée par le Maroc au centre des négociations, les français devaient appuyé cette résolution américaine par leur vote au conseil de sécurité.
   
Sauf que, au grand étonnement de Washington, La France se retourna contre cette résolution.

Les diplomates américains à Paris laissaient alors exploser leur colère contre ce revirement de position que la France de Nicolas Sarkozy opérait à l’égard de son premier allié en Afrique, le Maroc : «Cela semble inconsistant avec ce que le ministère des Affaires étrangères français,  présentait comme étant une évolution rapide de la position française, étant donné la situation instable en Afrique du nord et ses inquiétudes à propos de la possibilité, d'un 'état failli' à travers lequel des terroristes pourraient circuler avec une relative impunité» s’étonnaient les diplomates US.

Les Américains ont «regretté» que le communiqué proposé à la place par les Français n'ait pas été aussi explicite que «ce sur quoi nous nous étions mis d'accord lors de nos discussions en privé».

Les USA y voyaient dans cette attitude de Paris, une action d’un «lobby algérien» au sein du gouvernement français, l’Algérie qui faisait encore une fois miroiter ses réserves financières pour acheter des positions anti-Maroc à Paris.

               Partager Partager


Commentaires