Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



- publié le Samedi 15 Mars à 10:58

Voir avec les yeux du Prophète




Aftab Ahmad Malik : Bristol – Les musulmans d’Occident se trouvent de plus en plus pris dans un dilemme. Alors que certains d’entre eux en sont encore à se chercher une identité et le sens d’une appartenance, presque tous doivent faire face, à un moment ou un autre, à la masse grandissante de tendances rivales qui prétendent représenter l’islam “véritable et authentique”.



A la veille de l'anniversaire du Prophète Mahomet, célébré cette année le 21 mars, qui correspond au 12e jour du mois de Rabi al-Awwal du calendrier islamique, il est intéressant d'analyser ce paradigme. Y a-t-il, pour les musulmans, un meilleur moyen d'appréhender les événements du monde qu'à travers le prisme de la conduite prophétique?

La célébration de cet événement a laissé sa marque dans la vie de plusieurs musulmans. L'anniversaire du Prophète est célébré comme une fête nationale dans la plus grande partie du monde musulman. A cette occasion on chante des poèmes en l'honneur du Prophète Mahomet et on reprend le récit des épisodes de sa vie.

Le Prophète a été présenté par Dieu comme une "marque de compassion pour toute l'humanité ». Le mawlid, la célébration de son anniversaire, rappelle aux musulmans la vie et la conduite qu'on leur a apprises à suivre et imiter. Cette occasion les invite à faire une pause, pour faire le bilan de leur vie et réfléchir à la norme que par son exemple le Prophète Mahomet a instituée.

Par le récit de la vie du Prophète, les musulmans disposent d'une nouvelle manière de considérer le monde. Un exemple en est l'épisode de La Mecque, la propre ville du Prophète, où, ayant été la cible de moqueries, il a refusé de riposter aux insultes, à la persécution et aux coups dont il avait été victime. Pour de nombreux Arabes de ce temps-là, il faisait ainsi preuve de faiblesse, mais le Prophète Mahomet avait réussi à briser le cycle de la violence, au lieu de le perpétuer.

Ce n'est pas que les musulmans devraient renoncer à réparer les torts. Mais le Coran enseigne aux musulmans à contrôler leur colère (Coran 3:134) et à ne pas se laisser déborder par la rage au point de les empêcher de procéder avec justice.

A l'apogée de l'érudition islamique, les savants musulmans avaient identifié quatre vertus partagées par l'ensemble de l'humanité: prudence, courage, tempérance et justice. Al-Ghazali, ou "Algazel" comme il est connu en Occident, auteur d'un des textes les plus lus, La renaissance des sciences religieuses, soutenait que, pour se réaliser, ces vertus devaient s'exercer dans l'harmonie, faute de quoi elles ne tarderaient pas à dégénérer en vices.

De nos jours, ces vertus ne respectent pas le juste équilibre. Les musulmans doivent certes réclamer la justice, celle du dedans comme celle du dehors, mais non sans contrebalancer leurs actes par les vertus de tempérance et de prudence.

La rage gratuite ne fait pas partie de notre tradition, et, à moins qu'on observe le code éthique dont l'islam réclame l'observance à ses fidèles, nous ne pouvons que nous attendre à voir encore plus de destruction, prétendument au nom de l'islam ou de la défense de l'honneur du Prophète Mahomet.

Ce n'est qu'en respectant eux-mêmes les idéaux élevés et les vertus dont il était porteur que les musulmans peuvent défendre l'honneur du Prophète. Ce ne sont pas les seuls musulmans que Dieu a anoblis, c'est l'ensemble de l'humanité. Le Prophète Mahomet a insufflé dans l'idéal coranique un message: faire preuve de compassion pour l'humanité tout entière, car celui qui ne le fait pas, Dieu ne le traitera pas avec compassion.

Pour les musulmans, jeunes et vieux, l'anniversaire du Prophète est une occasion inestimable de participer à une célébration de joie et de miséricorde; une célébration qui raconte la compassion du Prophète Mahomet et revigore les esprits découragés. Il sert à nous rappeler que, quelles que soient les épreuves et les malheurs que nous connaissions, le Prophète de Dieu a, lui, rencontré des épreuves et des malheurs encore plus grands, mais sans jamais permettre à la colère et à la haine de guider ses actes.

Il a plutôt souligné avec force ce principe: "aimez pour l'humanité ce que vous aimez pour vous-mêmes".

* Aftab Ahmad Malik est membre visitant du Centre for the Study of Ethnicity and Culture de l'Université de Birmingham. Il dirige la publication de The State We Are In: Identity, Terror and the Law of Jihad (Amal Press, 2008).



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles