Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Jeudi 29 Janvier à 10:35

Voile intégral: les populistes suisses veulent un vote populaire cette année



Genève - Des personnalités suisses proches de la droite populiste ont lancé, mardi, une "initiative populaire" pour l'interdiction du port du voile intégral dans l'espace public par voie de référendum qu'elles espèrent voir se tenir cette année.



Un projet d'amendement constitutionnel, présenté aux médias, rejette "toute dissimulation du visage quelle qu'en soit la motivation, criminelle ou religieuse", en brandissant l'épouvantail de la menace terroriste.

"A une époque où le terrorisme de l'Etat islamique s'étend en Europe, il est inacceptable de devoir rencontrer des gens qui cachent, dans l'espace public, leur propre personne ainsi que ce qu'ils portent avec eux", estiment les promoteurs de l'initiative.

Ces personnalités, issues en partie de l'Union démocratique du centre (extrême droite), sont réunies au sein du Comité d'Egerkingen, qui était à l'origine du vote anti-minarets organisé en novembre 2009.

Un récent sondage a révélé que plus de 60 pc de Suisses souhaitent une interdiction légale du port du voile intégral à l'échelle nationale.

Seuls 32 pc des 1.019 personnes interrogées se sont opposées à une telle mesure, alors que 6 pc indiquent n'avoir pas d'opinion, précise l'enquête de l'institut helvétique Léger.

D'après le sondage, les abolitionnistes semblent être majoritaires dans toutes les tranches d'âge, mais aussi dans toutes les régions suisses. Même dans les cantons les plus ouverts de la Suisse romande, ce sont 60 pc des sondés à souhaiter bannir le port de la burqa.

Le canton du Tessin (sud-est) fut en septembre 2014 le premier à interdire le port de cet habit dans l'espace public, après un vote dans ce sens à l'échelle régionale initié par la droite. Cependant, les femmes peuvent continuer à porter leur burqa ou niqab dans les lieux religieux.

L'entrée en vigueur de cette interdiction légale requiert encore le feu vert de l'Assemblée fédérale, seule habilitée à cautionner un amendement de la Constitution des régions confédérées.

De l'avis du Conseil fédéral (gouvernement), l'abolition de la burqa reste "inopportune" compte tenu du très faible nombre de femmes en Suisse qui se dissimulent le visage et de l'absence de problèmes liés à cette pratique.

Mais la validation par la Cour européenne des droits de l'Homme d'une loi française en la matière semble avoir favorisé un revirement de l'exécutif, qui défend désormais le fait que le texte voté au Tessin "n'est pas contraire au droit fédéral".

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara