Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



MAP - Samir Lotfy - publié le Mardi 11 Novembre à 09:34

Vivre à la "Marocaine" en terre ivoirienne: un plaisir de tous les instants




Abidjan - Plus qu'un vécu, être marocain ou tout simplement vivre à "la marocaine" dans un pays d'accueil comme la Côte d'Ivoire est un plaisir de tous les instants et une belle expérience de parfaite intégration au sein de la société ivoirienne, et ce, en dépit du pays et l'éloignement des siens.



Abidjan
Abidjan
Ce vivre ensemble et en convivialité en Côte d'ivoire procure, en effet, fierté et respect pour tout un chacun des expatriés marocains, très appréciés ici par leurs frères ivoiriens, fort aimables et affables qui vouent une admiration et une amitié très sincères pour le Maroc.

A Abidjan, métropole ivoirienne qui accueille des dizaines de communautés étrangères d'Europe, d'Asie, d'Amérique, du monde arabe mais aussi de pays africains limitrophes, être marocain est un "privilège", voire un statut enviable. Il s'agit même d'un prélude et pré-acquis pour une parfaite intégration réussie au sein de la société ivoirienne.

Dans les boulevards de la capitale économique de Côte d'Ivoire, tout comme à l'intérieur des marchés populaires les plus fréquentés, dans les quartiers les plus huppés comme au sein de l'administration ivoirienne, se présenter en tant que Marocain installé en terre ivoirienne, suscite d'emblée chez les Ivoiriens grande estime et un élan de générosité et de partage qui font chaud au cœur.

Première impression qui reste à jamais gravée dans la mémoire, à l'arrivée à l'Aéroport abidjanais "Félix Houphouët-Boigny", on ne ressent plus la fatigue du grand voyage vers ce pays si accueillant. Car, d'emblée et sur simple présentation d'un passeport "Vert" comportant l'indication "Royaume du Maroc", aux autorités aéroportuaires ou douanières, dans le cadre de l'accomplissement des procédures de routine, on est tout de go accueilli de la plus belle des manières. C'est dire combien les relations entre le Maroc et la Côte-d'Ivoire sont excellentes et profondes.

A ce propos, il n'est pas étonnant, par exemple, d'être dispensé en tant que Marocain de faire la file devant les postes de la douane pour le contrôle des bagages ou encore d'être mieux accompagné en cas de demande d'un renseignement ou de toute autre prestation de service.

Dans les petits taxis à la sortie de l'Aéroport, après une brève négociation du prix de la course, il suffit de dévoiler sa nationalité marocaine, pour qu'on ait droit, de façon spontanée et sans complexe, à un large sourire appuyé par des mots de bienvenue et de bonne arrivée sur le sol ivoirien, voire même une proposition de prestations de service (recherche hébergement, assistance, accompagnement touristique etc).

C'est dire qu'une fois la discussion engagée avec n'importe quel ivoirien même le moins averti, abstraction faite de son âge, de son appartenance sociale voire même de sa confession, on ne rate jamais l'occasion de faire part de son amour pour le Maroc et d'une gratitude toute particulière accompagnés de vifs remerciements à SM le Roi Mohammed VI pour le grand intérêt que le Souverain ne cesse de manifester à l'égard du peuple Ivoirien.

Pour les Abidjanais, les visites du Souverain en terre ivoirienne sont des moments historiques, une source de joie et de fierté et l'illustration parfaite de l'excellence des relations séculaires qui unissent le Maroc et la Côte d'Ivoire et tout particulièrement SM le Roi Mohammed VI et Son frère le Président Ivoirien, Alassane Ouattara.

Cette singularité des liens maroco-ivoiriens ne date pas d'aujourd'hui, mais demeure très ancrée dans l'histoire. Et pour preuve, ces relations de taille ont pu faire montre d'un degré élevé de résistance dans les moments même les plus difficiles en l'occurrence, la décennie de crise ayant secouée la Côte d'Ivoire depuis 1999.

Cette parfaite symbiose Maroco-Ivoirienne et cette joie de vivre, côte à côte, est palpable dans certains quartiers populaires mais aussi économiques de la métropole ivoirienne, à l'image d'Adjamé, la rue 12 ou encore l'avenue 8 à Treichville où, il existe une forte communauté marocaine pour la plupart propriétaires de magasins d'électroménagers, de tissus et autres produits de consommation.

Dans ces zones-là, Marocains et Ivoiriens se côtoient quotidiennement, vivent ensemble en symbiose dans la convivialité la plus absolue et en parfaite harmonie, en amis tout comme dans le cadre de mariages mixtes. Certains mènent des projets conjointement dans la solidarité et le respect mutuel, au point que ce sentiment de dépaysement n'a plus aucune existence, cédant ainsi grande place à cette joie de vivre.

Dans les zones à forte concentration de Marocains, on s'attache, sans relâche, à préserver ce "Way of Life marocain" c'est pourquoi, on veille en permanence à ce que tous les produits "Made in Morocco" soient disponibles, entre autres, les épices et les habits traditionnels, mets et nourritures de la pure cuisine marocaine.

A Treichville, le café "Le Bonheur" connu populairement sous le nom "Nora" en référence à sa propriétaire marocaine, est, à longueur de journée, un espace de rencontres et de retrouvailles pour les membres de la communauté marocaine, autour de verres de thé à la menthe, de crêpes marocaines ou encore de tajines de Khlii (viande séchée et salée), le temps de discuter et d'échanger des nouvelles du Bled dans une ambiance conviviale.

Tout cela montre que l'intégration au sein de la société ivoirienne est une réalité et que le contact avec les Ivoiriens se fait de manière spontanée, sans complexe, ni complication. Ici, le respect mutuel, le partage, l'humanisme sont des valeurs sincères et vraies.

Dans chaque lieu de rassemblement, à l'instar "des maquis" (petits restaurants où on sert à manger et à boire), lieux de rencontres et de retrouvailles implantés dans différents quartiers de la métropole ivoirienne, la culture du partage est la devise.

C'est pourquoi, il n'est pas surprenant, non plus, qu'en s'installant le temps de déguster certains délices de la cuisine ivoirienne, genre poulet ou poisson braisé souvent servi avec de l'Attieké (couscous à base de manioc cuit à la vapeur) ou encore avec de l'Aloko (banane plantain frites) et une variété de sauces (claire, arachides, feuilles entre autres), on se trouve vite appelé à partager la table avec des nouveaux amis venus, à leur tour, se détendre et oublier le temps d'un repas en famille et entre amis, les soucis de la vie et autres petits chagrins.

S'asseoir autour de la même table donne souvent suite à une foultitude d'invitations venant de partout, à manger et à boire et un engagement, sans limite, dans des débats et discussions à bâtons rompus mais franchement amicales. Car, chez les Ivoiriens, le désir de s'ouvrir sur l'autre et surtout, découvrir ses traditions et sa culture, est un acte de tous les jours.

Il s'agit en somme d'une formidable et éloquente démonstration de la solidité des liens d'amitié et de fraternité entre les peuples marocain et ivoirien.


Tagué : Côte d'Ivoire

               Partager Partager