Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



Abdelaziz Barre - publié le Jeudi 14 Mars à 12:11

Visites officielles du Roi Mohammed VI du Maroc dans trois pays d’Afrique occidentale et centrale




Cette nouvelle tournée africaine intervient après celles entreprises au cours de la première décennie du règne du roi, et qui ont concerné des pays appartenant à ces deux régions africaines, l’Afrique occidentale et centrale, relativement proches du Maroc sur le plan géographique mais surtout sur les plans, historique, humain et socio-culturel. Ci-après, un récapitulatif des Etats visités par le monarque marocain :



Visites officielles du Roi Mohammed VI du Maroc dans trois pays d’Afrique occidentale et centrale

Pays visité(s)

Date des visites

Sénégal

Mai 2001

Gabon

Septembre 2002

Bénin

15-16 juin 2004

Cameroun

16-18 juin 2004

Gabon

18- 24 juin 2004

Niger

24-25 juin 2004

Sénégal

25-26 juin 2004

Gabon, Sénégal,  Burkina Faso

Février-mars 2005

Niger

Juillet 2005

Gambie, Congo, République démocratique du Congo, Gabon  

Février-Mars 2006

Sénégal

Novembre 2006

Guinée équatoriale

Avril 2009


Certes, il n’y a pas eu de visite royale en Afrique subsaharienne depuis celle effectuée en Guinée équatoriale en avril 2009, la priorité ayant été donnée aux questions d’intérêt national.

Il n’en demeure pas moins que le continent africain a toujours été au centre du déploiement diplomatique du royaume, tant au niveau des relations bilatérales que dans le cadre de l’action multilatérale au sein des organisations internationales, dont l’un des effets positifs a été l’élection du Maroc au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU), en qualité de membre non permanent, avec le soutien des pays africains. Ou encore dans le cadre des différents fora organisés par des puissances non africaines à l’instar de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, de la Turquie, de l’Union européenne, ou encore au niveau des Sommets intercontinentaux.

La nouvelle tournée du roi Mohammed VI intervient dans un contexte propre au Maroc caractérisé par le dynamisme des entreprises publiques et privées marocaines sur le continent, notamment celles du secteur bancaire, des Bâtiments et des Travaux Publics ainsi que celles des télécommunications. Ce dynamisme permet au Maroc de renforcer, de consolider et d’élargir son influence dans plusieurs pays des régions, occidentale et centrale, du continent africain, tout en contribuant à soutenir les efforts de ces pays en matière de développement économique et social.

A cet égard, le Maroc qui est souvent sollicité par ces pays, a toujours exprimé sa disposition à apporter son aide et son assistance à travers des mécanismes de financement, d’expertise et de formation, et cela est constamment reconnu et souligné par les dirigeants et responsables gouvernementaux des pays concernés.

Ajoutons qu’en Afrique de l’Ouest, le Maroc a joué un rôle fondamental sur le plan diplomatique. Le  Roi Mohammed VI fut en effet un médiateur entre les pays de la région du Fleuve Mano en février 200l, et les militaires. Et un contingent des Forces Armées Royales a été déployé en Côte d’Ivoire en 2001, dans le cadre de la Mission des Nations Unies pour la République Démocratique du Congo. Ce qui a contribué à stabiliser cette zone africaine.

Il en est autrement de l’Afrique centrale où la déstabilisation du Mali est devenue une source de préoccupation pour le Maroc.

Toujours est-il que les visites du roi Mohammed VI confirment la nouvelle approche imprimée aux relations du Maroc avec les pays africains subsahariens. Ainsi, le souverain se rendra à compter du 15 mars de l’année 2013 au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Gabon.

Cette nouvelle approche, à fort ancrage économique et socio-culturel devrait faire évoluer les relations du Maroc avec les pays du continent du stade de la coopération classique et traditionnelle à l’instauration d’un partenariat qui permet de tirer profit des potentialités et des opportunités de chaque partie.   

Abdelaziz Barre
Chercheur au Centre d' Etudes et de Recherches en Sciences Sociales


Tagué : Abdelaziz Barre

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles