Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Lemag - Agence - publié le Mardi 8 Avril à 15:11

Violence ethnique en Algérie: Les affrontements reprennent à Ghardaïa



Alger - De nouveaux affrontements ethniques ont éclaté dans la ville de Ghardaïa, à 600 km au sud d'Alger, faisant une quarantaine de blessés depuis samedi dernier, ont indiqué plusieurs sources, citées par la MAP.



Capture vidéo
Capture vidéo
Une vingtaine d'habitations et de commerces ont été incendiés dans les heurts opposant les jeunes des communautés amazigh et arabe, qui utilisaient des projectiles de toutes sortes, notamment des pierres et des cocktails Molotov.

Une source officielle indique qu'au moins quinze membres des forces de l'ordre, déployés en grand nombre dans cette ville depuis plusieurs semaines, ont été touchés au cours de leur intervention pour séparer les deux camps, à coups de bombes lacrymogènes.

Des renforts des unités antiémeutes de la Gendarmerie nationale ont été dépêchés dans les foyers de tension afin de sécuriser les populations, qui vivent dans la psychose à cause de la répétition des actes de violences dans leur cité.

Les appels incessants au calme lancés par différents acteurs et les déplacements in situ des plus hauts responsables de l'Etat ne sont pas parvenus jusque-là à normaliser la situation, puisqu'après chaque période d'accalmie, généralement de courte durée, les affrontements reprennent de plus belle, installant un sentiment de panique et d'insécurité parmi les habitants de la capitale de la vallée du M'zab.

La wilaya de Ghardaïa est le théâtre de violences récurrentes entre la communauté mozabite berbérophone, de rite ibadite, et celle des Chaâmbas arabophones malékites.

La nouvelle vague de tensions communautaires, émaillée par des actes de vandalisme, de pillage et d'incendies, a fait pas moins de huit morts et des dizaines de blessés, de même qu'elle a causé la destruction et l'incendie d'un nombre considérable de maisons, de magasins et de véhicules.

En mars dernier, trois personnes, âgées d'une trentaine d'années, ont été tuées par des objets ferreux contondants. Deux ont succombé sur les lieux des échauffourées. La troisième victime a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Le ministre de l'Intérieur, Tayeb Belaiz, avait accusé des parties "à l'intérieur du pays" de chercher à "pousser vers le pourrissement de la situation", estimant que ces violences ne sont pas "une preuve d'échec de l'initiative et des démarches du gouvernement".

La Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) avait mis en garde contre le fait que "la situation risque de balancer vers l'irréparable", assurant que les citoyens de Ghardaïa "pointent un doigt accusateur vers les forces de sécurité qui, par leur comportement, ont enflammé la situation".

               Partager Partager


Commentaires

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara