Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Khalid Ettaj - publié le Mercredi 23 Mars à 11:17

Vers une complémentarité maghrébine souhaitée






Khalid Ettaj
Khalid Ettaj
    Apres la chute du mur de Berlin en 16 novembre 1989 et l’effondrement de l’union Soviétique ainsi que son camp oriental par la suite, les relations internationales ont connu un ensemble des changements qui sont reflétées sur le côté géopolitique, économique, et sécuritaire des pays du monde en général. 

Parmi les reflets de ce changement qui peuvent être qualifiés comme stratégiques, on peut citer le conflit préfabriqué sur l’intégrité territoriale marocaine qui a connu à son tour un changement en terme de son processus sous l’effet du renoncement de plusieurs supporters et parraineurs de la thèse sécessionniste du Polisario, et à cause du recule de l’idéologie qui alimente ce conflit à l’échelle international et spécifiquement en Amérique latine l’Europe de l’est et l’Afrique. 

Or, Comme conséquence de la fin de la guerre froide, le monde tend plus en plus vers l’économie du marché, les agglomérations, le libéralisme et le pragmatisme politique qui s’appuie sur les intérêts communs dans un contexte du rationalisme, tout en faisant rupture avec les slogans utopiques qui ont caractérisé l’ère bipolaire. 

A ces facteurs, s’ajoute également le plan d’autonomie présenté par le Maroc en 2007 pour aboutir à une résolution définitive, ce dernier constitue une base sérieuse et crédible pour une solution négociée selon les attitudes officielles des pays membres permanents du conseil de sécurité international comme  celle de la France ou bien les états unis d’Amérique . On peut citer dans le même contexte, le concept de la régionalisation avancée telle qu’elle a été exprimée par le préambule de la constitution de juillet 2011, ainsi que le lancement d’ un ensemble des projets de développement qui ciblent la région du sud, et qui ont comme propre objectif la sauvegarde de la dignité humaine et l’insertion de la population des provinces du sud au tissu socio-économique .

Toutefois, il ne faut pas nier que ce conflit qui a duré plus de 40 ans, entrave jusqu’au moment toute tentative visant la réalisation d’une complémentarité ou bien une synergie dans son sens minimal, en vue de sauvegarder la stabilité de la région, et réaliser les attentes des peuples de la région du grand Maghreb qui disposent des liens communs  en matière de l’histoire, l’ anthropologie et la culture.

Cette coordination, s’avère aujourd’hui comme un besoin indispensable, loin des divergences et des paradoxes politiques qui doivent nécessairement être surmontées pour faire face aux défis du terrorisme du Daech et d’autres groupes djihadistes qui élargissent leurs activités en Libye, au sud de l’Algérie, et  au territoire Malien,  tout en menaçant la paix et la stabilité non seulement dans la région du nord  d’Afrique et le Sahel. Mais aussi dans la région du sud de la méditerrané à proximité de l’espace européen qui souffre déjà du problème des réfugiés dans son interface orientale. Cette menace peut ainsi être traduite d’une façon ou d’une autre en émigration clandestine, Trafic de drogue et d’armes, commerce des esclaves, l’exploitation des enfants et beaucoup d’autres phénomènes sociaux qui en découlent.

Cependant, cette coordination souhaitée, malgré son caractère vital et son importance stratégique, ne constitue en effet qu’une seule figure de cette coopération qui devrait inclure le secteur économique dont la mise en œuvre est quasiment absent aujourd’hui surtout entre les deux piliers maghrébins, l’Algérie et le Maroc. Et à cause de cette absence, beaucoup des opportunités qui s’estiment des milliards de dollars se perdent et beaucoup des préjudices en résultent.

La conjoncture actuelle, exige donc  l’adoption d’une vision stratégique constructive qui se base sur la coopération, le respect mutuel ,et le foi en destin commun surtout de la part de nos frères algériens, tout en essayant de prendre conscience que la région maghrébine ne supporte plus de divisions, ni soutien des mouvements sécessionnistes, ou la création des nouvelles  entités dans la région qui auront sans doute des conséquences dramatiques sur les peuples de la région du Maghreb toute entière.



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles