Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Ahmed Hamdaoui - publié le Dimanche 29 Septembre à 11:59

Université Cadi Ayyad : Quelle mouche a piqué le Président ?




Antécédent grave : Le Président de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech a engagé une procédure judiciaire contre le Secrétaire Régional et membre du Bureau National du SNESUP … La goutte qui fait déborder le vase.



Ahmed Hamdaoui
Ahmed Hamdaoui
Dans une période où l’on commençait juste à oublier une querelle qui a duré environ deux années opposant le nouveau Président de l’Université Cadi Ayyad avec des fonctionnaires de la Présidence, le revoilà qui s’engage dans une autre GROSSE querelle avec cette fois-ci tout le corps des Enseignants Chercheurs et le Syndicat National de l’Enseignement Supérieur (SNESUP).

En effet, ce Président vient d’engager une poursuite judiciaire contre notre collègue le Professeur Moulay Ahmed Boumehdi Secrétaire Régional et membre du Bureau National du SNESUP. Les causes de cette poursuite judiciaire ne méritent pas qu’on s’y attarde. Juste pour information, notre collègue a eu le courage et a jugé bon de diffuser sur le réseau de l’Université une liste d’indemnisations octroyées par la Présidence à certaines personnes dont la Secrétaire Générale de la Présidence.

Ce qui importe ici ce n’est pas la cause de cette affaire, mais surtout la méthode utilisée par le Président pour réagir à l’action du collègue Moulay Ahmed Boumehdi, qui, ceci dit en passant, est très apprécié par tout le monde et d’une grande gentillesse. Le Président au lieu de saisir les instances compétentes de l’Université a préféré s’adresser directement à la justice, ce qui constitue un antécédent grave dans l’histoire de l’Université marocaine.

Nous étions TOUS ravis de voir arriver à la tête de notre Université un Président issu de la diaspora marocaine avec un curriculum bien garni et ayant exercé des responsabilités dans une Université française. On s’attendait tous à voir cet éminent Professeur et chercheur agir avec force surtout à l’échelle NATIONALE pour nous aider à améliorer la qualité de notre enseignement et de dynamiser la recherche scientifique. Personnellement je pense que puisque ce Président a déjà un pied dans une Université française, il n’a donc rien à perdre, cet atout peut donc lui permettre de hausser le ton et de taper fort sur la table des hauts responsables ministériels. On s’attendait tous à le voir agir pour nous aider à nous débarrasser du carcan de lois archaïques qui freinent le bon fonctionnement de l’enseignement et de la recherche scientifique.

Or pensez-vous, depuis son arrivée ce Président ne fait que « se bagarrer » avec des « petits » problèmes locaux qui sont souvent provoqués par lui ou par sa Secrétaire Générale qu’il a fait venir avec lui de Rabat. Cette Secrétaire Générale qui excelle dans la provocation et qui veut défier tout le monde avec des méthodes qui n’existent même plus dans les casernes militaires.

Bref, depuis plus de deux années l’Université Cadi Ayyad vit dans une atmosphère morose et tendue. Avec la convocation par la police judiciaire d’un Professeur de grande qualité de notre Université, la situation risque de devenir dramatique.

Cette situation de l’Université Cadi Ayyad impose une refonte totale des méthodes de désignation des hauts responsables au niveau de l’enseignement supérieur. Le CV et les belles paroles ne suffisent pas pour faire un bon gestionnaire des affaires humaines et financières des Universités.

En conclusion, après cette humiliation infligée à un enseignant chercheur et qui est une offense à tous les enseignants chercheurs marocains, le Président de l’Université Cadi Ayyad doit faire ses valises et surtout qu’il n’oublie pas d’emmener avec lui sa Secrétaire Générale. Même avec leur départ, l’Université risque d’avoir du mal à se débarrasser des nombreuses séquelles que laisseront les profondes blessures causées par ce tandem.

Professeur Ahmed Hamdaoui
Université Cadi Ayyad
Marrakech

bayan_bn_25_09_2013.pdf Ci-joint un communiqué publié par le Bureau National du Snesup. Une grève générale est appelée par le Snesup à l’échelle nationale le Mardi 1 Octobre 2013  (140.05 Ko)



Tagué : Ahmed Hamdaoui

               Partager Partager


Commentaires