Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



MAP - publié le Lundi 9 Novembre à 11:59

Universitaire : Le discours royal de Laâyoune détermine la place réservée aux régions du Sud dans le système productif national et africain






Fès - Le Discours Royal à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche verte a défini la place qui sera réservée aux régions du Sud dans le système productif national et africain, a souligné le président de l'Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès, M. Omar Assobhei.
"Le discours royal de Laâyoune présente clairement les perspectives du modèle du développement régional voulu et définit la place qui sera réservée aux régions du Sud du Royaume dans le système productif national et africain", a dit M. Assobhei dans un entretien à la MAP.

Dans ce discours, le Souverain a ainsi présenté le modèle de développement souhaité dans une perspective stratégique, a-t-il ajouté, relevant que la nouvelle régionalisation avancée devra permettre un développement économique important des régions du sud du Royaume.

SM le Roi Mohammed VI a aussi cadré l'action régionale pour le renouveau marocain à travers la régionalisation avancée, la démocratie, la participation et la réalisation des priorités dans le cadre d'une vision cohérente assimilant les défis et opportunités du contexte international, a-t-il expliqué.

Pour les régions du sud, le développement des infrastructures, de l'économie et du volet social sont de nature à permettre un renouveau stratégique et le passage d'une économie de rente et de l'assistance de l'Etat à une économie basée sur l'initiative, la création de l'emploi et la production des richesses sur la base de la compétence et du mérite, a-t-il fait savoir.

Dans ce sens, le discours a souligné la ferme détermination à s'engager dans des programmes producteurs de richesses et des projets d'ouverture et l'investissement des revenus de la région, complétés par des apports du capital national et international qui sera focalisé sur des projets structurants et de liaison avec l'Afrique (aéroport, routes, port, voie ferrée..), a relevé le président de l'université.

Il a rappelé les projets cités dans le discours et qui ont "un fort impact d'ouverture et de communication territoriale et internationale".

Pour lui, il s'agit d'un discours "pragmatique" et "objectif" qui "marque une rupture avec certaines pratiques du passé" en mettant l'accent à la fois sur les avancées multiples pour le développement social et économique de la région et sur les problèmes émergents des pratiques des années précédentes en particulier l'économie de rente.

Aujourd'hui, ces pratiques doivent laisser la place aux mécanismes du développement intégré, participatif, démocratique, équitable et durable de la région, a-t-il insisté. 

Sa Majesté le Roi a, de même, mis en exergue le rôle des élus des provinces du Sud, qui sont d'ailleurs les représentants légitimes de la population, dans la gestion des affaires locales des provinces du sud, a poursuivi M. Assobhei.

Le président de l'université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès a ajouté que le discours royal a aussi adressé un message à la population séquestrée à Tindouf pour rejoindre le pays et profiter des résultats du développement du sud ou assumer leurs choix de rester dans des camps sous le joug des mercenaires du Polisario qui les utilisent pour mendier la charité internationale, ce qui n'est pas conforme aux valeurs des populations sahraouies qui sont et ont été toujours attachés à leur dignité et leur orgueil.

SM le Roi s'est adressé ensuite au monde, soulignant que le Maroc a respecté ses engagements et s'engage dans la voie du développement volontaire de toutes ses régions, a-t-il rappelé.

Les mécanismes universels des droits de l'Homme sont instaurés, le Conseil National des Droits de l'Homme et la Société civile sont partout actifs pour éviter toutes les déviations, a commenté M. Assobhei.

Le président de l'université a aussi qualifié ce discours de "fort, sincère et chargé de messages" adressés aussi bien à la nation qu'aux parties concernées par la question du Sahara marocain.

Le discours royal est d'une "clarté et fermeté extrêmes" concernant la position marocaine quant à la solution du conflit dans le cadre de la régionalisation avancée et aux responsabilités algériennes de nuisance et des perturbations continues, a-t-il affirmé.

SM le Roi a déploré la situation critique des détenus à Tindouf, la crise des droits de l'Homme dont ils souffrent, ainsi que le paradoxe du discours algérien délaissant une population sahraouie misérable sur son territoire, et qui en même temps dilapide et permet le détournement des subventions et moyens d'assistance offerts par les instances internationales, a-t-il affirmé.

Il a par ailleurs mis l'accent sur le choix symbolique de Laâyoune pour prononcer le discours du fait qu'il confirme la souveraineté du Maroc sur tout son territoire de Tanger à Lagouira et aussi l'attachement des Marocains à l'unité nationale et leur rejet de toutes les thèses véhiculées par les adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume.

Il a rappelé dans ce sens que la ville et la région de Laâyoune abritent, cette année, les festivités officielles du quarantième anniversaire de la Marche Verte, à l'instar de toutes les régions du Royaume. 

               Partager Partager