Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



par Rana Al-Arja - publié le Lundi 30 Novembre à 20:37

Une marche pour la paix à Bethléem et dans le reste du monde






Bethléem (Autorité palestinienne) – Un million de personnes marchent pour la paix à travers le monde. Ces dernières semaines, elles ont marché dans les rues de Sarajevo, Zagreb et Gendema, à la frontière du Sierra Leone et du Libéria. Au même moment, de l'autre côté de la planète, des gens marchaient à Mexico.
Et ensuite, qu'y a-t-il au programme? New York, Freetown et Santiago.

La toute première marche mondiale pour la paix et la non-violence (une initiative populaire qui vise à rassembler les gens du monde entier pour défendre la paix et mettre fin à la violence physique, économique, raciale, religieuse, culturelle, sexuelle et psychologique, a commencé en Nouvelle-Zélande, le 2 octobre, date anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi.

Les quelques 160'000 kilomètres de marche pour la paix, qui est arrivée à Bethléem le 14 octobre dernier, se poursuivra jusqu'en janvier 2010 et traversera la plupart des principales villes du globe.

La marche a vu le jour grâce à Monde sans Guerres, une organisation internationale lancée par le mouvement humaniste fondé en 1969 par Mario Rodriguez Cobos en Argentine. Le mouvement humaniste encourage la non-violence par le biais de cinq organisations officielles, de centaines de comités et de journaux implantés localement. Alors que la marche fait le tour de la planète, des personnalités locales et des groupes de la société civile accueillent ses représentants et organisent des marches, des meetings et des événements culturels.

Des hommes politiques, des universitaires et des célébrités très en vue ont apporté leur soutien à cette initiative. Un groupe de lauréats du prix Nobel, dont Mikhaïl Gorbatchev, le Dalaï Lama et Sherin Ebadi, ont rédigé une charte pour un Monde sans Guerre, réclamant la création d' « un ordre mondial plus pacifique, plus civilisé et dans lequel des gouvernements plus efficaces et plus justes, respectueux de la dignité humaine et du caractère sacré de la vie, pourraient voir le jour. » La charte sera présentée aux organisateurs de la marche mondiale le 11 novembre 2009, lors du Sommet mondial des lauréats du prix Nobel qui se tiendra à Berlin.

Néanmoins, les principaux acteurs de cet événement mondial ne sont pas de remarquables universitaires, hommes politiques ou célébrités. Ce sont des gens ordinaires qui prennent, à une date précise, les rues de leurs communautés pour envoyer un message de paix et d'espoir, message selon lequel, un jour, les guerres tomberont en désuétude, les armes seront éliminées, les inégalités et les discriminations disparaîtront.

L'objectif est de créer une nouvelle conscience globale qui s'oppose à toutes les formes de violence et de discrimination.

Il n'y a pas d'endroits où ce message ait été plus symbolique et plus frappant qu'en Israël et en Palestine, terre sainte pour les trois religions monothéistes qui n'a pas connu la paix depuis plus de soixante ans. L'initiative de faire passer la marche à Bethléem revient à Holy Land Trust, une organisation non gouvernementale établie localement qui cherche à diffuser les principes de non-violence, à donner du pouvoir à la communauté palestinienne et à renforcer le dialogue.

Depuis sa création en 1998, Holy Land Trust a oeuvré, au moyen d'ateliers et de programmes de formation portant sur la non-violence, pour octroyer plus de pouvoir à la communauté palestinienne, ce qui a été pendant longtemps une part éloquente de la lutte palestinienne pour le statut d'Etat.

Aujourd'hui, la vaste majorité des Palestiniens et des organisations palestiniennes luttent de façon non-violente contre l'occupation de la Palestine en manifestant pacifiquement chaque semaine, en reconstruisant les maisons démolies et en réalisant d'autres actions. Un récent rapport sur le programme de développement des Nations Unies indique que la majorité des Palestiniens ne sont pas favorables à la violence. En réalité, 70% des jeunes palestiniens s'y opposent comme moyen de résolution du conflit en Israël.

La non-violence va plus loin que le pacifisme: elle englobe la coexistence pacifique, la citoyenneté active, la résilience et la créativité. La célébration de ces idées ont rassemblé musulmans et chrétiens palestiniens lors de la marche à travers Bethléem.

Les responsables locaux, dont le gouverneur de Bethléem, Abdel Fattah Hamael, et le maire de Bethléem, Victor Batarseh, ont pris part à la manifestation. Giorgio Schultze, le porte-parole européen de la marche mondiale et Luisa Morgantini, vice-présidente du Parlement européen, ont participé à la marche, tout comme l'archevêque Atallah Hanna de confession grecque orthodoxe et Sami Awad, directeur exécutif de Holy Land Trust. Tous ont exprimé leur vision de la paix en terre sainte et d'un partage de Jérusalem.

La marche mondiale s'est également arrêtée à Tel-Aviv et à Jérusalem, incarnant l'espoir pour l'unité et la paix.

De la glaciale ville de Moscou en Russie, au soleil de Montevideo en Uruguay, de Bethléem à New York, la marche poursuivra sa route, attirant toujours plus de sympathisants et de défenseurs de la paix. Même s'il y a peu de chance pour qu'elle règle le conflit israélo-palestinien, la marche est un puissant symbole d'espoir et de non-violence pour les deux camps.

###

*Rana Al-Arja est coordinatrice de la campagne « Rendre possible l'impossible » à Holy Land Trust à Bethléem. Elle est titulaire d'un Master en droits de l'homme et démocratisation de l'Université de Malte. Cet article, d'abord paru dans le Sacramento Bee, a été écrit pour le Service de Presse de Common Ground (CGNews).

Source: Service de Presse de Common Ground (CGNews), 13 novembre 2009,
www.commongroundnews.org
Reproduction autorisée.

Source : http://www.commongroundnews.org/article.php?id=267...


               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles