Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


AFP - publié le Mercredi 20 Avril à 22:54

Une "journée du voile" dans une grande école française suscite la polémique





Une initiative invitant des étudiants à porter le "hijab" mercredi dans une grande école française afin de le "démystifier" a suscité une nouvelle polémique dans un pays obsédé par la question du voile islamique.

Cet "Hijab Day" a été lancé sur Facebook par un collectif d'étudiants de Sciences Po Paris, un établissement prestigieux qui forme une partie des élites du pays mais aussi de nombreux étudiants étrangers.

Mercredi matin, une dizaine d'étudiantes distribuaient des tracts dans le hall de l'établissement, devant une table recouverte d'écharpes et de voiles.

Il s'agit "de sensibiliser les gens, d'ouvrir le débat et de redonner la parole aux femmes voilées qui sont souvent dans le débat public mais qu'on n'entend pas", soulignait l'une des organisatrices, Laetitia.

Plusieurs membres du collectif se défendaient de tout prosélytisme. "On ne force personne", s'exclame Imen, qui a mis un voile pour la première fois "ce matin, dans le métro" et a noté "des regards" sur elle.

Depuis les attentats jihadistes de 2015 à Paris, les actes islamophobes ont connu une recrudescence en France, où vit la principale communauté musulmane d'Europe, estimée à environ 5 millions de personnes.

Si certains étudiants saluaient une "démarche de discussions", l'initiative a suscité une forte désapprobation dans la classe politique et sur internet.

"Journée du Hijab à ScPo: à quand une journée de la charia ? de la lapidation ? de l'esclavage ?", a ainsi twitté le philosophe Bernard-Henri Lévy.

Plusieurs voix dans l'opposition de droite ont manifesté leur "désapprobation". "En France, les femmes sont visibles. Non au prosélytisme!", a notamment twitté le député Bruno Le Maire du parti Les Républicains.

La ministre socialiste des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a elle dénoncé "une forme de provocation dans cette initiative".

Dans un communiqué, la direction de Sciences Po a estimé "légitime" de porter ce débat au sein de l'établissement, mais que sa tenue "dans les murs de Sciences Po ne saurait être interprétée comme un quelconque soutien de l'école".

Au nom de la laïcité, la France impose une stricte neutralité religieuse à l'Etat et interdit les signes religieux ostentatoires à l'école. En revanche, au nom de la liberté de conscience, le voile est autorisé dans l'enseignement supérieur, fréquenté par des adultes.

La semaine dernière, le Premier ministre Manuel Valls avait toutefois estimé qu'il "faudrait" une loi pour l'interdire à l'université, avant d'être contredit par le président François Hollande. Il n'y aura "pas d'interdiction", a assuré le chef de l'Etat.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara