Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Adam Sfali - Emarrakech - publié le Mercredi 29 Août à 13:36

Une famille sahraouie dénonce l’assassinat de son fils par le Polisario




Laâyoune : Le frère de la victime arrivant des camps du Polisario à Laâyoune dans le cadre du programme des échanges de visites familiales, a réussit à atteindre Kerry Kennedy pour lui remettre sa plainte, et ce malgré le blocus exercé autour d'elle, par la séparatiste Aminatou Haidar.



BECHRI SIDAHMED ZEIN (1988 -2012)
BECHRI SIDAHMED ZEIN (1988 -2012)
Il s'appelait BECHRI SIDAHMED ZEIN (1988 -2012), un jeune sahraoui résident des camps polisariens, il fut brûlé vif durant son sommeil, à son domicile avec trois de ses compagnons, après qu’un mystérieux individu ait mi à feu sa maison.

Sa famille appartenant à la tribu Rguibate Oulad Moussa, connue pour ses militantismes contre les dirigeants du Polisario, a décidé de faire parvenir des lettres de plaintes à Ban Ki Moon, secrétaire général des nations unis, à son représentant spécial et à Kerry Kennedy présidente du centre pro-polisario RFK Center, en visite actuellement dans la région.

En effet, le 26 Août, le frère de la victime, réussit l'exploit de rencontrer l’activiste américaine, malgré les machinations d’Aminatou Haidar, qui encercla la mission américaine, ne la laissant rencontrer que les séparatistes de l’intérieur.

Il lui remit une lettre y exigeant une enquête indépendante sur l’assassinat de son frère, ainsi que des poursuites contre les commanditaires de ce crime.

Il y étaye également les persécutions dont sont victimes les membres de sa famille, ainsi sa mère et sa tante furent victimes d’exactions et d’emprisonnements de la part du dénommé Khatri Eddouh, président de ce qui est appelé en Algérie ‘Parlement Sahraoui’.

La victime BECHRI SIDAHMED ZEIN, était de son vivant, trafiquant de drogue travaillant pour le compte d’un dirigeant du front Polisario, avant qu’il n’abandonne son activité pour rejoindre le mouvement 5 mars, regroupant des révolutionnaires anti-polisario, il s’en était suivi son assassinat par la plus sauvages des manières.

la_lettre_de_plainte_adressee_par_la_famille_de_la_victime_a_kerry_kennedy.doc La lettre de plainte adressée par la famille de la victime à Kerry Kennedy.doc  (39.5 Ko)


               Partager Partager