Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Tzalum - publié le Samedi 31 Décembre à 01:41

Une éternelle Oligarchie Fassi !






Ironie du sort, après une longue période d’opposition, voici le PJD allié à l’Istiqlal dont il était un farouche opposant. Par ce jeu opportuniste, BENKIRAN, personnage nonchalant ne rassure nullement les initiés en politiques, car il ne va pas tarder à décevoir les espoirs de changement du peuple Marocain. En effet, le changement ne vient pas d’une alliance avec le parti qui monopolise la vie politique depuis l’indépendance. Le vrai changement ne vient pas de l’alliance avec un parti historiquement responsable voire coupable de la situation désastreuse du pays au niveau politique, économique et sociale. Alors schizophrénie politique du PJD ou manipulation de Monsieur BENKIRAN comme réponse éphémère à une situation d’urgence, un personnage taillé sur mesure afin de contrer et faire avorter le « mouvement du 20 février ».

Cette opération de liftings en politique manque vraiment d’authenticité et de conviction. Dans un débat télévisé l’opportuniste BENKIRAN avait fait une prophétie disant « si un jour je serai 1er ministre… » Alors visionnaire ou pion avancé par le palais au fur et à mesure que la situation politique marocaine le demande. D’ailleurs, dans ses interventions publiques, il se targue que la monarchie est la seule garante de l’unité nationale, une idée vieille comme le monde véhiculée depuis l’indépendance « diviser pour mieux régner ».

Mais rappelez-vous que MOUBARAK, BEN ALI et KADAFI avaient tous le même argument auprès des pays occidentaux, soit le despotisme des présidents monarques soit les islamistes au pouvoir. Cette opération de liftings révèle une autre réalité, c’est que le pouvoir politique au Maroc se base sur deux piliers inséparables : la monarchie et l’oligarchie Fassi. Il n’est quand même pas normal que depuis l’indépendance du pays, on avait droit qu’à des chefs de gouvernement Fassi comme alternance. Mais s’agit-il vraiment d’une alternance ou juste de suppléance, un fassi remplace un autre quelque soit le bord politique. Ce verrouillage politique démontre bien qu’on est en présence des partis politiques domestiqués, l’idée même de partis dans une monarchie n’est qu’une illusion, une invention fictive, un jeu difficile et complexe entre monarchie et oligarchie et qu’on est très loin de la démocratie dont les Marocains en inspirent.


               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».