Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Farid Mnebhi - publié le Vendredi 13 Janvier à 03:39

Une analyse pré-électorale sur l’Algérie (4ème partie)






Après avoir traité des situations sociale et sécuritaire et fait un état des lieux de la diplomatie algérienne, ce papier se propose d’apporter des éléments d’analyse et de réflexion qui pourraient permettre d’appréhender au mieux la scène politique en Algérie et ce, à quelques mois des législatives et des futures présidentielles.

Il serait superflu et totalement inutile de faire une rétrospective sur ce chapitre car il n’y a rien à retenir. Depuis l’indépendance le pouvoir politique a été rapidement confisqué par les chefs de l’armée des frontières orientales, à savoir Boumediene, Bouteflika, leurs subordonnés et plus tard par leurs protégés, tous d’anciens enfants de la troupe française.

Le but de ce papier est de tenter de donner un éclairage sur ce qui se passe aujourd’hui, en 2012, dans ce pays sur le plan politique.

Pour ce faire, je scinderais mon papier en trois blocs. Le premier fera le point des initiatives prises par le gouvernement et la chambre des députés dans le cadre des élections législatives. Le second, tentera d’évaluer les forces politiques et les tendances qui se dessinent. Et enfin, le troisième s’efforcera d’apporter un point de vue sur une candidature Bouteflika et ses probables répercussions au plan interne et externe.

I/ Action du gouvernement et de la chambre des députés

En 2011, le parlement a validé un certains nombre de réformes politiques annoncées en grande pompe, dans le sillage du printemps arabe et de la montée des voix appelant au changement,

Ces réformes qui ont concerné la loi sur les partis politiques, la loi sur le régime électoral, la loi organique définissant les cas d'incompatibilité avec le mandat parlementaire, l'élargissement de la représentation des femmes dans les assemblées élues, le code de l'information et la loi sur les associations, ont été validées par les deux principaux partis de la majorité en l'occurrence le Front de Libération Nationale (FLN) et le Rassemblement National Démocratique (RND) en plus de députés indépendants. Le MSP, islamiste et membre de l’alliance gouvernementale, les a, pour sa part, rejeté.

L’adoption de ces réformes a suscité remous et polémiques parmi les partis politiques dont bon nombre les a rejetées en estimant qu'elles ont été vidées de leur substance".

Seuls le FLN et le RND se sont réjouis de ces réformes, le reste des partis politiques s’est déclaré déçu car ces textes qui n’ont pas tenu compte de leurs propositions, comme en témoigne le boycott des uns et l'abstention des autres lors des séances de vote de ces projets de lois.

Ainsi donc, les réformes projetées, annonciatrices d'une remise en cause profonde du système, à savoir une transition démocratique réelle, ne constituent en fait que des mesures palliatives pour circonscrire tout danger.

Elles ne sont donc qu’un subterfuge qui sert les intérêts partisans et permet au pouvoir en place d’étouffer toute tentative de contestation ou de soulèvement comme en Tunisie, en Libye ou en Egypte et permet à l’oligarchie gouvernante de fermer le champ politique et de renforcer sa main mise sur les partis en vue de leur normalisation.

A noter qu’une loi sur la création des partis empêche tout retour des islamistes du Front islamique de Salut (FIS) sur la scène politique.

Ces réformes signent également la volonté des gouvernants de réintroduire les méthodes du parti unique dans la vie politique algérienne.

Enfin, la révision des listes électorales commence à susciter des doutes et des soupçons sur la régularité des prochains scrutins sont émis et pourraient annoncer un scandale électoral et présidentiel. En effet, le ministère de l’intérieur a annoncé le chiffre de 4 millions de nouveaux électeurs, alors que celui-ci ne peut en aucun cas excéder les 2 millions.

C’est pourquoi, pour donner plus de crédibilité à cette élection, le gouvernement algérien a invité pour la 1ère fois des observateurs de l’Union Européenne à venir surveiller leur bon déroulement.

Le cadre législatif et les actions de l’exécutif étant posés qu’elles sont les forces politiques qui s’affronteront pour obtenir les votes du peuple algérien. Tel sera l’objet de la deuxième partie de ce papier.

II/ Forces politiques en présence

Tout d’abord, il y a lieu de souligner que les élections qui se sont déroulées en toute transparence et dans la sérénité en Tunisie, en Egypte et au Maroc ont posé un problème au pouvoir algérien. En effet, la barre démocratique est très haute pour l’oligarchie algérienne pour qu’elle puisse l’atteindre. L’Algérie n’est peut être pas encore prête pour un changement de la pratique politique et encore moins à renouvellement de l’élite dirigeante qui domine le champ politique depuis l’indépendance

Concernant, l’opposition algérienne, particulièrement celle non islamiste, on peut dire à juste titre qu’elle brille par son silence et son incapacité à se faire entendre. Elle donne l’impression qu’elle attend que le pouvoir lui concède les restes du festin et qu’elle craint de prendre ses responsabilités afin de s’éviter les foudres de la sinistre DRS. Elle se cantonne pour l’heure à demander au chef de l’Etat le changement du 1er ministre et la formation d’un gouvernement de technocrates qui garantiraient l’équité de législatives.

De plus, et il faut le signaler, cette opposition, composée pour l’essentielle du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), du Mouvement pour la Réforme Nationale (MRN), du Mouvement Démocratique et Social (MDS) du Parti des Travailleurs (PT) et du Front des Forces Socialistes (FFS).est dans l’impossibilité intellectuelle de produire des idées, des analyses et des propositions de changement politique. Le reste de cette opposition est constitue de trois formations islamistes à savoir Ennahda, le Front pour la Justice et le Développement (FJD) et le Mouvement de la Société pour la Paix (MSP). Le FIS n’ayant pas droit au chapitre car interdit, mais ses relais dans la société algérienne sont importants, y compris au sein des partis politiques tels le FLN, le RND et le MSP.

Face à cette opposition on trouve l’alliance gouvernementale qui détient la majorité au parlement et au sénat. Elle était constituée de trois partis : le Front de Libération Nationale (FLN), du Rassemblement National Démocratique et du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP). Ce dernier vient de quitter cette coalition pour se positionner dans l’opposition à des fins électoralistes.

En effet; en passant dans l’opposition, le MSP cherche à se donner une virginité politique et à capitaliser sur la vague islamiste actuellement à vogue dans les pays voisins et arabes.

Pour l’instant les deux partis au pouvoir s’attachent à donner des gages d’une bonne transparence des futures législatives et à récuser toute victoire des islamistes.

Le leader du FLN n’a t’il pas affirmé récemment que son parti sortirait vainqueur ce scrutin législatif en raison de la fidélité de ses bastions traditionnels et de la réalité du terrain et qu’il serait suivi de la coalition islamiste qu’il crédite de 35% des voix.

A part cela, c’est le vide total.

Autre force, que l’on néglige souvent, c’est le citoyen. Pour l’heure, il faut remarquer qu’une importante partie du peuple algérien s’identifie aux discours des islamistes et ce, bien que des affaires de corruption et de mal gestion pèsent sur les épaules de certains cadres du MSP.

Quoi qu’il en soit, il semblerait que les algériens restent absents du champ de la contestation politique et considèrent qu’il n’est pas dans leur intérêt que la situation change. Certes, ils sont malheureux. Certes, ils savent que les choses pourraient aller mieux. Mais, au fond d’eux-mêmes, ils préfèrent le statu quo. Les uns estiment qu’ils auraient plus à perdre qu’à gagner d’un bouleversement du paysage politique, notamment sur le plan matériel (on fait de très bonnes affaires en ce moment en Algérie). Les autres, et c’est là où, à mon sens réside l’une des explications majeures de l’indifférence des algériens, ne voient pas où se situe l’alternative et disent même ignorer si elle existe.

C’est pourquoi, la possibilité d’un fort taux d’abstention donne des maux de tête aux détenteurs réels du pouvoir, à savoir l’armée et particulièrement la DRS. Si ce faible taux annoncé venait à se confirmer au soir des élections, il discréditerait fortement l’Algérie au plan international.

Face à cet imbroglio existe l’inconnue Bouteflika pour tenter de résoudre l’équation algérienne. Se présentera –t-il ou pas à un 4ème mandat ?

III/ l’inconnue Bouteflika

Il faut rappeler que la présidence de Bouteflika s'est bâtie sur le retour de "l'homme providentiel" et non sur l'édification d'institutions politiques capables d'aider la société algérienne à résoudre pacifiquement ses conflits.

Il est vrai que l’homme a un capital, un passé et des atouts personnels qui ont fait de lui un refuge dans une conjoncture particulière où l'Algérie souffrait du terrorisme et que le processus des réformes exigeait qu'il restât au pouvoir après 2008.

Mais aujourd’hui, tout le monde s’interroge sur l’éventualité d’un 4ème mandat pour Bouteflika et de ses probables conséquences au plan interne et externe.

Agé de 75 ans et gravement malade, sa réélection pourrait engendrer de nombreux problèmes à l’Algérie, notamment sur le plan de politique intérieure.

En effet, en cas d’empêchement du président d’exercer ses prérogatives, le pouvoir se trouverait confronté à une situation difficile à gérer. Bien qu’aucune figure ne semble pour l’instant sortir du lot pour une possible succession, un 4ème mandat pour Bouteflika ne rendrait en aucune façon service à son pays.

Aussi, la question qui vient naturellement est : comment peut-il rester au pouvoir jusqu’en 2014 et briguer ce 4ème mandat ?

Il faut souligner que Bouteflika souhaite inscrire son nom dans l'histoire de l'Algérie comme celui d'un bâtisseur et d'un réformateur. C'est sous son règne que le nouvel aéroport de la capitale a été construit, comme des dizaines de milliers de logements, ou l'autoroute est-ouest (900 kilomètres), le tramway et la première ligne du métro d'Alger. "

Toutefois son passage à la tête de l’Algérie est marqué surtout comme étant l'homme qui a maté dans le sang l'intifada kabyle de 2001 et fait montre de son incapacité ou de son refus à éradiquer la corruption.

De plus, un départ du président Bouteflika ne garantirait en aucun cas une transition démocratique, l’armée et la DRS s’y opposeront de toutes leurs forces.

Tant que ces deux institutions, qui dirigent le pays depuis 1962, lui accorderont leur confiance et que son état de santé le lui permette, il restera au pouvoir. Dans le cas contraire, elles prendront les mesures adéquates pour son remplacement et choisir son successeur qui devra, au préalable, faire allégeance.

Au final que conclure ?

1/ qu’il est certain que tout sera mi en œuvre pour éviter un raz de marée islamiste, L’Algérie a vécu cette expérience dans sa chaire en 1991 et l’histoire ne se répètera pas,

2/ que les Algériens ne font pas confiance à l’opposition,

3/ que le comportement actuel du régime algérien laisse à penser qu’il n’y aura pas d’ouverture démocratique dans ce pays et qu’un risque d’implosion sociale est à craindre en raison de la privation du peuple de ses droits élémentaires d’expression et de liberté,

4/ qu’un fort d’abstention est envisageable en raison de l'absence d’une alternative viable, acceptée par le peuple algérien et qui réponde à ses attentes dans les domaines du social, de la santé, de l’enseignement, du logement, des infrastructures de base, des droits de l’homme, de l’accès à l’eau potable et au gaz de ville et à l’électricité, au travail et aux loisirs,

5/ que l’oligarchie gouvernante applique avec rigueur et assiduité un centralisme et un totalitarisme digne des anciennes républiques communistes d’Europe de l’Est et à l’ex-URSS. Le tout étant dirigé par un pseudo parti unique, qui ne doit son existence qu’au bon vouloir d’un puissant service de renseignement qui a la main sur tous les leviers de l’Etat. Il faut dire que tous ces dirigeants, de l’indépendance à aujourd’hui, sont passés par les fameuses universités Lumumba et Lénine, les écoles ou centre d’instructions militaires et de renseignement soviétiques, est-allemandes, roumaines, bulgares, yougoslaves tchécoslovaques, hongroises, nord coréennes et cubaines ou entre les mains de leurs d’instructeurs en Algérie. Une formation stalinienne qui perdure encore aujourd’hui,

6/ et enfin, que donc la situation politique et sociale en Algérie est grave et délicate et que ce pays, en ébullition chronique, n’est donc pas sortie de sitôt de l’auberge.


               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».