Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Cherif Chebihi Hassani - publié le Jeudi 17 Octobre à 12:18

Une alliance d'amour et d'unité






Une alliance d'amour et d'unité
Personne n'avait la moindre idée comment le Moyen-Orient s’avérerait lorsque le traité de Lausanne a artificiellement désintégré le legs de l'empire ottoman. Churchill a crée les frontières que nous connaissons aujourd'hui comme il a voulu, toutefois, il ne lui est jamais parvenu à l'esprit que cette segmentation obligatoire du Moyen-Orient causerait un siècle d'agitation dans la région. Dans le sillage du traité de Lausanne, les mêmes concepts fallacieux provoqués par cette désintégration sont devenus une fontaine de problèmes : Frontières, Identité ethnique et nationalisme.

Le Moyen-Orient n'est pas à l'aise. Le conflit en Syrie ne peut pas être arrêté, les minorités kurdes se sentent troubles. C'est ce que la désintégration a causé au Moyen-Orient. Le monde occidental a toujours cherché des manières de profiter plus. La méthode employée dans cette poursuite peut être décrite comme : « Segmentation perpétuelle – segmentation autant que possible ». Ce plan a été ourdi contre l'Irak, l'Irak a été divisé en trois parties et a ainsi perdu toute sa puissance. Il y a de tels plans concernant la Turquie. Le plan de créer une Turquie faible, d'abord par le détachement de l'Anatolie du Sud-Est, puis la segmentation des régions côtières, l'un après l'autre, n'est rien de nouveau. Ces plans furtifs pour le Moyen-Orient continuent sous nos yeux. De la même manière dont la désintégration a travaillé pour l'occident à la suite de Lausanne, les cercles au pouvoir sont à la poursuite de gagner plus de puissance par plus de segmentation.

Les efforts visant à établir un minimum d'unité dans le monde islamique sont appréciables, mais ils ne livrent aucun résultat. L'organisation de la coopération islamique a annoncé que : « Ils sont sur le point de conclure des efforts de création d'une unité de « Paix, Sécurité et Médiation » qui a été fondée il y a un an. Dans cette période d'un an, 44.000 personnes ont été assassinées en Syrie, le conflit en Irak a continué, les Égyptiens continuent la mise en scène de manifestations dont beaucoup ont été accueillis avec violence dans les rues.

En effet, ce sera l'unité de paix, de sécurité et de médiation, qui ne peut être établie pendant une année d'être capable de rendre le Moyen-Orient une région de paix et d'amour ? J'en doute fortement. Comme avec beaucoup d'autres exemples de la promesse de telles associations, réunions et médiateurs dans l'histoire, il n'y aura aucun résultat. La demande de démission du chef de l'opposition Syrienne Muaz Al Khatib, connu pour son attitude modéré a été fondée sur cette impasse des institutions en question. Par le biais de sa résignation Al Khatib a réagi à l'absence d'actes réels, en dépit des séries de réunions, les promesses ont été faites et les efforts des organisations internationalement reconnues et établies. Lors de la réunion de la ligue Arabe il était certainement agréable de voir Al Khatib représentant de la Syrie, mais était ce un succès dans la façon de résoudre des problèmes ? A t-il changé le cours des événements ? Y a t-il une récupération sur l'horizon pour la Syrie ? Sûrement pas.

En regardant le passé, nous voyons la désintégration comme fondement du problème du Moyen-Orient. Le monde islamique est désagrégé, les gens sont forcés d'oublier le concept de la fraternité et les frontières et les intérêts personnels ont pris de l'importance. Dans ces circonstances aucune organisation de coopération ne fournira une solution, car peu importe comment les dirigeants peuvent se réunir sous le même toit, les peuples islamiques sont encore désunis.

Le Coran ordonne l'unité des Musulmans. Mais quel genre d'unité. Unis comme des frères. Unis comme les biens-aimés. Unis comme protecteurs l'un de l'autre. Une union dans laquelle chacun préfère l'avantage de ses frères en sus de ses propres. Ce n'est pas une union établie sur la haine envers l'un envers l'autre, en supposant une attitude égoïste, ou ses propres intérêts d'abord, se croyant supérieur, ignorant les problèmes, n'exprimant pas la rage envers les autres religions et les nations. L'unité n'est pas conçue comme unité intolérante, implacable et égoïste. Allah n'accorde pas de bénédictions à une telle unité et il n'accorde pas clairement sa bénédiction actuellement.

Que le problème Syrien persiste est encore une conséquence de l'absence d'une unité fondée sur l'amour. A notre époque, une mobilisation qui va assurer cette unité doit être organisée au Moyen-Orient . Les excuses présentées par Israël à la Turquie pour le Raid contre Mavi Marmara peut être considéré comme un début paisible important pour cela et nous devons tirer le meilleur parti de celui-ci. Dans le Moyen-Orient, il y a une nécessité d'une unité de l'amitié et de puissance susceptible d'être entendu par le régime Syrien. Cette unité doit également être en mesure de donner les garanties à Poutine sur le nouveau gouvernement en Syrie. Maintenant que le rameau d'olivier offert par Israël a considérablement ramolli le climat dans la région et en particulier en Turquie, le cours des événements prendra un virage pour le meilleur, on l'espère. Les paroles de paix sont précieuses et sont souvent suivis par beaucoup de développement favorables.

A l'heure actuelle avec la coopération d’Israël et de l’Égypte, la Turquie peut garantir à Bachar de quitter la Syrie avec sa famille. Une fois que les mesures de sécurité sont prises, Al Assad et sa famille peuvent être transférés dans un autre pays, tels que la Turquie ou la Jordanie. Les autres pays arabes doivent notamment soutenir cette unité, renforcer une opposition modérée – sans éléments radicaux – et offrir une garantie sur cette position à la Russie. Une fois que la Syrie voit ce genre de soutien puissant, elle va immédiatement retirer au régime Al Assad. Après cette étape, il est hautement probable que l'Iran va également retirer son soutien, l'Iran ne voudrait pas rester seul dans la région. Cependant même si l'Iran maintient son soutien comme une seule entité, il ne sera pas assez puissant pour défendre Al Assad. Si l'unité de l'amour et de la paix entre les pays du Moyen-Orient ne peut pas être établie de cette manière, alors la stabilité qui a suivi peut prendre en charge les exigences de cette atmosphère paisible. Pour accomplir cette unité, les pays Islamiques doivent mettre de côté sans frontières ethnocentrisme, leurs passés et leurs propres intérêts et s'unir aux seuls fins de l'amour.

L'unité de l'amour signifie la puissance . Rien ne peut se tenir devant une puissance établie sur l'amour. L'unité de l'amour prendra également ses pays non Musulmans sous ses ailes. En conséquence, elle sera également une garantie pour eux et deviendra une entité soutenue par eux. Tout d'abord les pays Islamiques peuvent faire les premiers pas dans cette unité en demandant le retrait du passeport et la restriction du visa entre eux. C'est une mesure concrète et résoudra un bon nombre de problèmes. C'est ce qui est essentiel, c'est vouloir. Si nous voulons constamment. Allah le fera.



               Partager Partager