Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Tracés Nomades- Voyages à travers les écritures à Dar Bellarj: Voilà... | via @lemagMaroc https://t.co/GUkHh4g14o https://t.co/jGJNtDHv14



MAP - publié le Vendredi 19 Juin à 12:50

Une ONG internationale interpelle un rapporteur de l'ONU sur les violations subies par les femmes sahraouies à Tindouf






Genève - L'ONG internationale OCAPROCE a attiré, jeudi, l'attention du rapporteur spécial de l'ONU sur les souffrances et les violations que subissent les femmes sahraouies oubliées dans les camps de Tindouf.
 
"Ces femmes endurent la déportation de leurs enfants vers des pays éloignés où ils sont élevés dans l'idéologie de la haine. Ces femmes vulnérables sont réduites au silence quant aux actes de violence physique et psychologique dont elles sont victimes", a déploré la militante sahraouie Aicha Douihi, membre de l'ONG.

Elle s'exprimait au cours d'une séance plénière à Genève du Conseil des droits de l'Homme consacrée au dialogue interactif avec le rapporteur spécial des Nations unies contre la violence à l'égard des femmes.

Ces mêmes femmes, a noté Mme Douihi, souffrent d'une situation humanitaire précaire, étant victimes d'exploitation sexuelle et de procréation forcée dans le cadre d'une politique inhumaine visant à augmenter une population endoctrinée prédestinée à haïr les frères vivant dans les provinces sahariennes.

Elle a relevé que "c'est dans un climat de peur que certaines d'entre-elles, celles qui ont pu fuir les camps et rejoindre le Maroc, nous ont raconté les viols, les séquestrations, le travail forcé qu'elles subissent au quotidien dans un territoire dépourvu des conditions élémentaires d'une vie digne".

La représentante de l'ONG OCAPROCE a fait observer que les femmes dans les provinces du sud "bénéficient des législations nationales garantissant leur protection et la jouissance de leurs droits comme en témoigne la collaboration régulière avec les rapporteurs spéciaux".

Cette dynamique, a-t-elle conclu, tranche nettement avec la situation qui prévaut dans les camps de Tindouf "en l'absence de toute visite libre des ONG ou de procédures spéciales à même d'évaluer de près la situation par des statistiques crédibles sur le drame qu'elles endurent depuis 40 ans".

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».