Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM


Leila Assam - LeMag - publié le Jeudi 13 Mars à 22:18

Une Britannique assassinée à cause de son amour pour un Tunisien




Pays de Galle : Assia Newton, une Britannique de 44 ans, s’était éprise d’un serveur tunisien qu’elle avait connu, en juin 2013, au cours d’un voyage en Tunisie, avec sa fille de 18 ans. Une relation amoureuse bien fatale puisqu'elle va pousser son mari, à qui elle avait demandé le divorce, de l'assassiner.



Kelvin Newton, 45 ans, n’avait pas accepté que sa femme demande le divorce, après une vie commune de 23 ans et, dans un moment de colère, l’a étranglée à l’aide d’une laisse de chien en juillet 2013.

«Maman plaisantait en disant qu’elle était comme Shriley Valentine et avait parlé à mon père au sujet du serveur après son second voyage», a déclaré Sameera, sa fille de 17 ans.

«Après cela, il a changé et a arrêté de lui donner de l’argent, et n’a payé que pour garder un toit au-dessus de nos têtes», a-t-elle ajouté; rapportée par Webdo.tn

Assia Newton avait visité la Tunisie pour la première fois en juin 2013 pour célébrer le 18e anniversaire de sa fille Sophia. Deux semaines après, elle y retournait seule et avait entamé une relation à longue distance avec son amoureux tunisien, Mohamed, qu’elle appelait chaque jour grâce à internet, selon le tribunal.

Charmaine (23 ans), l’aînée de ses filles, a affirmé que sa mère était «heureuse» après avoir souffert, des années durant, de la violence de son mari, Kelvin. «Après ses premières vacances en Tunisie, Maman a dit que les gens là-bas, sont très amicaux. Après son second voyage, elle me parlait de Mohamed, chaque jour. Il l’écoutait et elle était, simplement, heureuse que quelqu’un fasse attention à elle», a poursuivi Charmaine.

Le mari, Kelvin Newton, a été condamné, ce mercredi 12 mars, par le Tribunal de Cardiff (Pays de Galles), à la prison à vie avec une peine de sûreté de 18 ans.



               Partager Partager


Commentaires