Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G



Karim El Maghribi - chankou - publié le Lundi 24 Octobre à 12:26

Un pilote de ligne peut-il refuser l’embarquement de certains clients ?




C’est la question à un dirham. Et la réponse est logiquement et évidemment « oui ». Etant le véritable patron à abord et le responsable de la sécurité des passagers, le commandant d’un avion de ligne peut s’il le juge nécessaire refuser l’embarquement de certains clients.



Un pilote de ligne peut-il refuser l’embarquement de certains clients ?
Par exemple certains obèses ne pouvant tenir dans un siège,  surtout quand l’avion est archi plein, ce qui élimine tout possibilité de mettre à disposition  dudit client deux ou même trois sièges libres, comme le font très souvent, avec gentillesse et courtoisie,  toutes les hôtesses  de l’air du monde dont celles de la Royal Air Maroc.

Pour l’anecdote et pas plus tôt qu’en septembre dernier une jeune  maman africaine  voyageant en classe économique dans un avion de la RAM depuis Paris et à destination d’un pays africain avait demandé à hôtesse de mettre à sa disposition  deux sièges ;  car le bébé qu’elle avait sur les genoux  non  seulement gazouillait à se rompre les tympans mais  l’empêchait de se mouvoir ; posture d’autant plus pénible que la mère avait atrocement mal aux jambes. Après vérification, l’hôtesse a repéré deux sièges libres à l’arrière de l’avion et comme celui-ci s’apprêtait  à décoller, la jeune maman a pu s’installer à son aise et tout a applaudi le geste. Lequel geste aurait été le même envers un obèse ne pouvant ni se serrer la ceinture de sécurité ni se tenir dans un siège de la classe éco. 

En revanche,  si le commandant de bord  après vérification de la feuille de route constate que son avion était bondé, il peut bien refuser l’embarquement  à un client dont la corpulence aurait créé des ennuis aussi bien à l’intéressé lui-même qu’au personnel de bond en passant par les passagers. Bien sûr, le tri aurait pu se faire à la source, au moment de l’achat du billet, mais ce n’est pas toujours la personne concernée qui se présente au guichet. De même, l’agent de billetterie ne pouvait savoir que l’avion prévu pour le départ allait être bondé ou à moitié vide, sans oublier que de plus en plus de billets s’achètent via internet…

Cependant, tous ces arguments de bons sens n’ont pas dissuadé le père Abdelkader Sifer (selon qui sa fille est muette et paralysée) de poursuivre la RAM en justice parce que le commandant de bord qui devait l’emmener en avril 2011 à Paris Orly avait refusé à sa fille handicapée, Sihem,  d’embarquer à bord.

Y a-t-il eu discrimination dans ce cas ? Il n’est pas nécessaire d’être un bon  juge pour répondre à cette question. D’après le père indigné le commandant de bord lui avait dit : « J'ai 160 personnes dans mon avion, vous croyez que j'ai le temps de m'occuper d'une handicapée ? » S’il est vrai que le ton était un  peu fort, le pilote était quand même dans son droit. En France, tous les enfants handicapés mentaux ou moteurs doivent être accompagnés par du personnel spécialisé. Même dans le train.

D’ailleurs la Société nationale des chemins de fer est en convention avec plusieurs associations  qui s’occupent de l’accompagnement des enfants handicapés. Imaginez que dans un train ou avion, un enfant autiste devient  soudainement  hystérique, commence à crier à se rompre les cordes vocales et s’agiter dans tous les sens. Que peut faire un père dans ce cas  surtout s’il est âgé (Abdelkader Sifer est septuagénaire) pour calmer son enfant ? D’après les spécialistes seuls du personnel spécialisé et formé pour traiter ce type de situation est à même d’intervenir efficacement.

Cependant, faudrait-il que la RAM prévoit parmi le personnel navigant  des assistants sociaux ? Peut-être que oui, peut-être que non. En tout cas c’est à l’IATA (organisation mondiale de l’aviation civile) de le dire. Et dans l’attente d’une réponse de celle-ci, certaines compagnies de renom n’ont pas attendu pour prendre les devants. «  Les personnes obèses allaient payer près du double pour voyager avec Air France-KLM s'ils sont dans l'incapacité de s'asseoir dans un seul siège d'avion », avait annoncé, mardi 19 janvier 2010, la compagnie franco-hollandaise.

Alors où est le mal ?


Tagué : pilote, RAM

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles