Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G



MAP - publié le Lundi 13 Décembre à 11:45

Un journal mauritanien confirme l'implication du "polisario" dans le trafic de drogue




Nouakchott - Les récentes arrestations de trafiquants de drogue au Sahel dont des éléments du "polisario" confirment l'implication de celui-ci dans le narcotrafic au Sahel, souligne dimanche le "quotidien de Nouakchott''(privé).



Un journal mauritanien confirme l'implication du "polisario" dans le trafic de drogue
"Après l'arrestation mardi par la Mauritanie d'une colonne armée, suite à un échange de tirs qui a fait au moins deux morts parmi les trafiquants, c'est au tour des maliens de capturer d'autres éléments issus, selon une source malienne, des rangs du polisario, affirme le journal.

La publication estime que ''les affaires Omar Sahraoui et Ould Bady (ndlr:deux éléments du polisario convaincus de narcotrafic en relation avec le terrorisme) ne sont que la partie visible de l'iceberg'', ajoutant que ces développements "révèlent encore plus l'ampleur du trafic de drogue dans notre sous-région et les connexions entre Al Qaeda au Maghreb islamique et les vétérans du polisario qui pourvoient désormais les rangs de Al Qaeda''.

D'après le ''quotidien de Nouakchott'', les suspicions sérieuses sont en train d'être confirmées concernant la reconversion du polisario dans la prise d'otage d'Occidentaux et dans le trafic de drogue. Pour ceux qui en doutaient encore, la preuve est venue, jeudi, du Mali où six trafiquants appartenant au "polisario" ont été appréhendés dans le désert par des unités militaires maliennes.

L'article du journal mauritanien intitulé "Arrestations de trafiquants de drogue au Sahel: Encore des éléments du polisario'' souligne que les trafiquants arrêtés "sont issus des rangs du polisario". Et de poursuivre qu'il s'agit de "l'un des trois principaux réseaux de trafiquants qui écoulent la drogue vers l'Europe en passant par le Sahara".

La publication mauritanienne rappelle que ''l'armée mauritanienne avait intercepté une colonne de trafiquants de drogue armés jusqu'aux dents". L'attaque, intervenue à la frontière Est, jouxtant le Mali, s'est soldée par la mort de deux trafiquants et l'arrestation de sept autres, présumés appartenir au même groupe dirigé par Sultan Ould Bady.

Le "quotidien de Nouakchott'' rappelle que c'est la seconde fois, - après l'attaque qui s'est soldée par la mort de trois trafiquants et 18 prisonniers, près de la localité de Lemzarab- que "nos forces de sécurité font face à ces réseaux de trafic de drogue dans notre sous-région".

Le lien donc est établi entre le dénommé Sultan Ould Bady -arrêté par l'armée mauritanienne, mardi, et impliqué dans les trafics maffieux tous azimuts qui pullulent dans le Sahara- et Omar Sahraoui impliqué dans le rapt en Novembre 2009, des humanitaires espagnols.

Ce dernier serait également impliqué dans le kidnapping d'autres Européens dans le Sahara, a ajouté le journal mauritanien.

Les membres du polisario démobilisés constituent des recrues potentielles de l'AQMI, relève la même source, qui relaye à ce propos les mises en garde sur les risques de déstabilisation de la sous-région entière.

Le journal publie en encadré une mise en garde du département d'Etat américain, invitant les ressortissants américains se rendant ou travaillant en Mauritanie à faire preuve de vigilance quant à la menace d'Al Qaeda au Maghreb islamique (AQMI).

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».