Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Stéphane Richard : Orange étudierait un rachat de Canal+ en cas de... | via @lemagMaroc https://t.co/hBzYztbJ0I https://t.co/oNgFfGqDnb



Polisario confidentiel - publié le Vendredi 9 Juillet à 18:49

Un enregistrement sonore confirme l’assassinat du N°2 du Polisario




Les remous suscités par la mort énigmatique du dirigeant du Polisario Mahfoud Ali Beiba, ne baissent pas. Et ce sont les déclarations d’un influent sahraoui des camps de Tindouf, consignées dans un enregistrement sonore, qui apportent des révélations surprenantes sur le décès mystérieux du Mahfoud Ali Beiba, le N°2 du Polisario.



Un enregistrement sonore confirme l’assassinat du N°2 du Polisario
L’enregistrement des propos de ce sahraoui proche de la direction du Polisario, révèle que le premier à avoir divulgué la mort d’Ali Beiba est le chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz. Ce dernier a contacté au téléphone, vendredi 2 juillet, le frère du défunt qui vit actuellement à Laayoune, au Maroc, pour l’informer du décès de Mahfoud Ali Beiba. Le chef du Polisario lui a expliqué que Ali Beiba est mort chez lui à Rabouni, dans les camps de Tindouf. Mais, le même Mohamed Abdelaziz va donner une tout autre version au cousin du défunt. A contre-pied de la première déclaration, Mohamed Abdelaziz affirme que Ali Beiba prenait tranquillement le thé avec lui et d’autres membres du Polisario, lorsqu’il s’est levé pour partir, avant de retomber aussitôt raide mort.

La suite de l’enregistrement explique que la confusion du chef de Polisario était telle qu’il s’est limité, par la suite, à répéter invariablement aux autres membres de la famille du défunt, que Ali Beiba était mort d’une simple crise cardiaque.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».