Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Anne Campagna - publié le Jeudi 13 Mai à 12:20

Un écrivain doit-il dire la vérité?




Un parfum d'opium et de magie



Un écrivain doit-il dire la vérité?
Pondre un roman, c'est selon moi un grande entreprise de séduction. Evidemment, une femme ne séduit pas de la même façon qu'un homme, mais en bout de ligne, on sait que ça se termine toujours au même endroit. Donc il faut, en premier, accrocher le lecteur (le futur séduit). Pas de trop longues phrases, du chic, du choc, un peu de clinquant et puis un pshit de profondeur, comme un parfum d'opium. Voilà! il est accroché. Commence la vraie entreprise: le tenir par la laisse. 
Et oui, il faut emmener cet homme ou ce lecteur là ou on veut...mais sans qu'il ne sente la dureté du cuir. Donc, commencent les propositions: le personnage va là, puis il va là...et puis, savez-vous ce qui se passera une fois là? non, non, il ne faut surtout pas déshabiller le personnage tout de suite...le désir, oui. Donc, développer, petit à petit l'histoire, comme une effeuilleuse de luxe, chez Paré version haut de gamme. Un petit jupon par ici, un bas de nylon noir par là...du mystère: le lecteur veut en savoir plus! On continue! maintenant qu'il est là, à la merci, il faut conclure! il connait tous les personnages! En etes-vous bien certain? Une femme en garde toujours d'autres dans sa manche. 

Et voilà, l'as de coeur! le lecteur succombe au charme. L'écrivain peut laisser du lousse dans sa laisse, il ira bien ou il voudra qu'il aille, mais surtout, ne pas faire sentir le cuir...mais le parfum envoutant de l'opium, créer l'obsession du mystère...qui jamais ne se dévoile tout à fait.

Et pour poursuivre du même ton, l'écrivain est le maitre du jeu non? ou la maitresse? je préfère être la maitresse. Est-ce que les personnages doivent être honnêtes? dire toute la vérité? Qui est séduit par la vérité? Donc, j'aime que les personnages mentent un peu. Un souper au restaurant, quelques verres de vin, le personnage s'invente une histoire, oui bien sûr, elle ressemble au réel, mais magnifié, après tout, nous sommes dans un roman? L'écrivaine, la maitresse, tient le lecteur ...par ou déjà? 

Par tous ses sens: sensualité, promesse de nuits enflammées, intellectualisme, parfum oriental, magie du mystère, passion à l'horizon...pour conclure par une phrase comme ça, en suspens, sur la dernière page, une phrase qui s'amuse elle aussi à tout laisser dans une magie de non-dit, de tout-dit entre les lignes, et le lecteur, enivré, drogué, titubant de s'être laissé emmener en roman, ne pense qu'à encore et encore et encore retrouver cet écrivain qui lui a raconté n'importe quoi, une histoire fausse mais vraie en quelque sorte parce que publiée, pour qu'il puisse se laisser séduire à nouveau.



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».