Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Sahara-question - publié le Mardi 30 Août à 18:24

Un document confidentiel de l’ONU accuse le Maroc de violer l’accord de cessez-le-feu






Dans une note confidentielle adressée au Conseil de sécurité, le secrétariat général de l’ONU affirme que le Maroc a violé l’accord de cessez-le-feu en déployant des agents de sécurité au-delà du mur de sécurité, dans la région de Guerguerat.

Une volte-face déconcertante de la part du secrétariat général de l’ONU, après que son porte-parole, le Pakistanais Farhan Haq, a indiqué récemment que les Casques bleus n’ont détecté aucune présence militaire marocaine dans la région de Guerguerat, théâtre d’une opération sécuritaire marocaine depuis le 14 août.
 

Dans une note confidentielle adressée au Conseil de sécurité, dévoilée par l’Agence Associated Press et relayée par le Washingtontimes, le Département des opérations de maintien de la paix, relevant de l’ONU, accuse clairement le Maroc de violation de l’accord de cessez-le-feu du 15 octobre 1991, en envoyant des agents de sécurité armés et de l’équipement dans la région de Guerguerat frontalière de la Mauritanie.

Dans la même note, le département onusien déclare que le Polisario a déployé trente-deux militaires armés, en violation dudit accord de cessez-le-feu.

Pour rappel, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a exprimé dimanche 28 août sa «profonde préoccupation» face à «la situation tendue» dans la région de Guerguerat, appelant les deux parties à respecter «la lettre et l’esprit de l’accord de cessez-le-feu».

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».